Découvrez à quoi devrait bientôt ressembler la Karrière à Villars-Fontaine

Publié le Mis à jour le

Après cinq saisons culturelles réussies, la Karrière envisage son avenir en grand avec un projet architectural à 2 millions d'euros et une programmation culturelle ambitieuse.

Plus question d'un festival éphémère, de quelques jours féériques dans un écrin de pierre blanche comme en 2016 !

Cette saison, l'équipe de l'association Vill'art a mille idées pour le site de La Karrière, notamment un projet architectural et une programmation ininterrompue toute l'année.

Bâtir la Karrière

Lancée en 2016 par Pierre Lignier, le maire de Villars-Fontaine, le site de la Karrière a connu un développement foudroyant. Au départ, les lieux accueillaient uniquement la manifestation estivale Streets on the rock : des graffeurs peignaient en direct sur la roche tandis que des concerts accompagnaient les prestations. Peu à peu, les événements se sont multipliés et la fréquentation est passée de 6 000 visiteurs en 2016 à 38 000 en 2019.

La crise sanitaire a ralenti la cadence mais l'équipe de la Karrière en a profité pour mûrir une nouvelle idée.

 Pour pérenniser le lieu et accueillir du public toute l'année, nous avons lancé un projet architectural en juillet dernier.

Thomas Lignier

chargé du développement et de la communication de la Karrière

L'idée est de rénover la halle existante pour en faire un lieu d'exposition au rez-de-chaussée et des ateliers d'artistes à l'étage. " Cela permettrait d'avoir une salle d'exposition permanente et d'accueillir des artistes en résidence dans cet espace naturel très inspirant" décrit Thomas Lignier.

Un autre bâtiment abritera les bureaux de l'association, une salle sonorisée pour des petits concerts ou des événements privés ainsi qu'une boutique et un espace de restauration. "Nous avons beaucoup de demandes de privatisation du site. Cette structure permettrait d'y répondre et de proposer de meilleures conditions d'accueil pour les visiteurs et les artistes."

Le projet architectural est confié au cabinet d'architecture lyonnais Siz'-ix. Chiffré à 2,2 millions d'euros, il devrait être financé à "80% par des fonds publics et à 20% par du mécénat ou des fonds de dotation".

Le temps de la carrière nue, à peine nivelée, est révolu !

Autour des Arts majeurs

La Karrière souhaite désormais être un acteur culturel majeur.

"Notre projet est insolite assure Thomas Lignier. Nous avons réussi à reconvertir une carrière où se produisent tous les arts vivants : le street art mais aussi les arts du cirque, le cinéma, la musique car l'acoustique est exceptionnelle."

Entre Chenôve et Beaune, nous sommes  le seul lieu culturel à proposer du spectacle vivant.

Thomas Lignier

chargé du développement et de la communication de la Karrière

Cette saison, La Karrière a décidé d'assumer cette pluralité avec une programmation artistique baptisée Kontinuum et basée sur les Arts majeurs. Chaque mois, un week-end est consacré une thématique : Avril était dédié à l'architecture, Mai à l'écriture, Juin à la musique, etc. Un graffeur différent produira une œuvre sur des panneaux en bois à chaque événement.

Les 27, 28 et 29 mai seront consacrés à la poésie avec des ateliers de calligraphie et de haïkus; et comme points d'orgue, le concert de slam du chalonnais Leto punk vendredi et un concert de rap du groupe D21 samedi. Le graffeur Dijonnais Manu'o est invité.

"Nous souhaitons que notre programmation soit éclectique et familiale explique Thomas Lignier. Le graff et les fresques restent notre fil rouge puisque une nouvelle œuvre sera produite sur la roche pendant le festival Festiv'arts du 25 au 28 août et une fresque collaborative sera peinte en septembre."