Dijon : bras de fer entre le Département et la Métropole sur l'avenir du parking Trémouille

Depuis quelques semaines, une passe d'armes oppose le conseil départemental de la Côte-d'Or et Dijon Métropole à propos du parking souterrain Trémouille, situé dans le centre-ville de Dijon. Le Département donne ce mardi 10 août sa version des faits par le biais d'un communiqué.

Le conseil départemental de la Côte-d'Or est propriétaire du parking souterrain Trémouille-Marché, situé dans le centre-ville de Dijon. Depuis trente ans, trois des cinq niveaux que compte l'ouvrage d'art sont mis à la disposition de la ville de Dijon par le conseil départemental.

La convention qui organise cela prend fin le 30 septembre 2021. Les deux parties doivent donc se mettre d'accord sur de nouvelles conditions. Et la négociation n'a pour l'instant pas débouché sur un accord satisfaisant les deux parties. Les discussions en coulisse ont laissé place ces derniers jours à des interpellations plus directes.

Le président UDI du conseil départemental François Sauvadet et le maire de Dijon et président de Dijon Métropole François Rebsamen (PS) ont notamment utilisé les réseaux sociaux pour s'écharper à distance sur le sujet il y a quelques jours, le 6 août.

"Merci de ne pas faire supporter à d'autres son bilan catastrophique" affirmait le premier, quand le second lui répondait qu''un sujet de cette importance pour les Dijonnais ne se règle absolument pas en un seul tweet compulsif et inutilement agressif"

Ce mardi 10 août, le Département a transmis à la presse un long communiqué pour, selon ses mots, "apporter toute la transparence nécessaire à la compréhension de ce dossier" et "ne pas démultiplier les règlements de compte à l'emporte-pièce par voie de réseaux sociaux".

Nous avions sollicité fin juillet le conseil départemental sur le devenir de ce parking, avant les échanges houleux entre les deux élus sur Twitter. Il ne souhaitait alors pas s'exprimer.

345 000 euros de loyer annuel jusqu'ici

Dans son communiqué, le conseil départemental rappelle les conditions de la convention signée entre les deux parties. Celle-ci prévoyait notamment le versement d'"un loyer annuel de 1 300 000 francs, soit 346 769 euros" par la ville de Dijon au Département.

Dans le cadre de la renégociation de la convention, le Département indique avoir sollicité Dijon Métropole dès janvier 2020. La première proposition de la métropole, en mai 2020, proposait notamment de racheter l'équipement. Une éventualité rejetée par le Département, qui souhaite en rester propriétaire.

En juillet 2020, François Rebsamen a fait, selon le communiqué du Département, une nouvelle proposition qui prévoyait un "loyer égal à 5 % du chiffre d'affaire réalisé, soit 21 000 euros annuel, sur la base de 416 000 euros de recettes attendues" et "aucun coût de location la première année en échange de la prise en charge par la métropole des 1,1 million d'euros de travaux estimés pour la remise aux normes des trois niveaux du parking public".

Une nouvelle proposition jugée "fantaisiste"

En novembre 2020, le conseil départemental a refusé cette proposition, la jugeant "fantaisiste, irréaliste et totalement déséquilibrée". Le loyer envisagé représenterait "une perte de revenus de 325 000 euros par rapport au loyer actuel".

Cette proposition n'est pas sérieuse et impacte fortement les finances du Département, dont nous sommes les garants, au nom de tous les Côte-d'Oriens.

Conseil départemental de la Côte-d'Or

Dans sa prise de parole, le Département explique avoir pris "bonne note du nouveau revirement de François Rebsamen" dans son tweet du 6 août où il indique souhaiter "qu'un accord soit trouvé". Une expression qui va à l'encontre de celle utilisée, selon le Département, par le maire de Dijon dans son courrier de juillet 2020 où il écrivait "qu'une négociation défavorable à Dijon Métropole [le] conduirai[t] à réétudier [sa] proposition de continuer l'exploitation de ces trois étages".

Le conseil départemental "répondra présent à la table des négociations, pour la conclusion d’un accord juste et équitable. Faute de quoi, la gestion effective de l’intégralité du parking Trémouille lui reviendra au 1er octobre 2021", conclut le communiqué.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique françois rebsamen françois sauvadet