Dijon ne fait pas partie des villes retenues pour expérimenter la police de sécurité du quotidien

© France 3 Bourgogne
© France 3 Bourgogne

Parmi les trente "quartiers de reconquête républicaine" retenus pour expérimenter la police de sécurité du quotidien aucun ne fait partie de la ville de Dijon. C'est une déception pour le maire de Dijon, François Rebsamen.

Par Charlotte Noirelac

Jeudi 8 février 2018, à Paris, le ministre de l'intérieur, Gérard Collomb, a présenté la nouvelle Police de Sécurité du Quotidien (P.S.Q.). Elle va être déployée dans trente quartiers placés en zone de « reconquête républicaine » et qui vont à ce titre vont recevoir des moyens supplémentaires. La ville de dijon s'était portée candidate mais elle n’a pas été retenue. Dans les quartiers connus pour des faits de délinquance, les habitants sont déçus.

Ainsi il n'y aura pas de  policiers supplémentaires dans le quartier de la Fontaine d'Ouche ni dans celui des Grésilles. Dans son plan de police de sécurité du quotidien, le ministre de l'intérieur a privilégié des quartiers très sensibles comme à Aulnay-sous-bois, Marseille ou Montpellier.

Dijon ne figure pas dans les priorités du gouvernement. Le maire de Dijon, François Rebsamen a exprimé sa déception tout comme le responsable régional du syndicat Alliance Police,

En Bourgogne Franche-Comté, seul le « quartier de la planoise » à Besançon a été placé en zone de reconquête républicaine. Quinze à trente policiers supplémentaires devraient y être déployés en septembre prochain.

Reportage Sylvain Bouillot et Damien Rabeisen.
Montage : Pascal Rondi
Intervenants : François Rebsamen, Maire de Dijon (PS) - Frédéric Paillard , Secrétaire régional BFC Alliance Police


Sur le même sujet

Saône-et-Loire : la baisse de la vitesse à 80 km/h ne convainc pas les automobilistes

Les + Lus