ENTRETIEN. Canicule à Dijon : en ville, "l'arbre est essentiel pour créer des îlots de fraîcheur"

Publié le
Écrit par Lisa Guyenne avec Guillaume Desmalles

Olivier Lesage, paysagiste-concepteur à Dijon, répond aux questions de France 3 Bourgogne sur le rôle de la végétalisation du centre-ville en période de canicule. Ce week-end, tous les départements de Bourgogne-Franche-Comté sont en alerte orange à cause des fortes chaleurs.

À Dijon, impossible de passer à côté de la place de la Libération. Immense demi-cercle en face de l'hôtel de ville, très prisé pour ses terrasses et pour les photos touristiques, la "Lib" se transforme en brasier lorsque le soleil est au zénith. Mais d'autres parties du centre-ville de Dijon ont été agrémentées, ces dernières années, d'arbres et de végétation pour lutter contre les "îlots de chaleur", comme devant le parvis Notre-Dame ou place Darcy. Les canicules, elles, vont se multiplier dans les prochaines années. Dans ce contexte, comment penser l'urbanisme de demain ? France 3 Bourgogne a posé la question à Olivier Lesage, paysagiste-concepteur à Dijon. 

En tant que paysagiste, en quoi la problématique de recréer des îlots de fraîcheur dans l'espace urbain vous parle-t-elle ?

Olivier Lesage : "Au quotidien, on se mobilise et on est alerté sur cette question de la sur-minéralisation de l'espace public. On y pallie, mais de manière raisonnée et sur le long-terme. C'est simple et compliqué à la fois : on va d'abord regarder où l'on peut planter, puisque dans un contexte urbain, le sous-sol est parfois surchargé de réseaux."

"On est parfois dans des trous de souris pour installer des fosses d'arbres ou des plantations."

"D'autre part, on va regarder comment se portent les ombres, quelle taille d'arbre est nécessaire et quelle espèce d'arbre. Il ne faut pas le sous-dimensionner ni le sur-dimensionner. Il ne faut pas être trop pressé et prendre un arbre qui va pousser très vite, pour ensuite être encombré et devoir le tailler, le maltraiter."

"C'est une pensée sur le long-terme, dans le choix de l'espèce et de sa capacité à pousser dans un contexte déjà chaud. Comment va-t-il reprendre une fois planté, combien de temps faudra-t-il le suivre et le bichonner pour qu'il s'implante de manière durable dans son sol ?"

Quels sont les bienfaits de planter des arbres en ville ?

Olivier Lesage : "L'arbre est essentiel. Sa fonction vitale, c'est la photosynthèse : il va capter les rayons du soleil en hauteur et jouer un peu le rôle des patios dans l'habitat méditerranéen. Cela amène un cœur de fraîcheur et joue le rôle d'une climatisation naturelle.

"Le sol ne va pas se réchauffer, puisque les rayonnements sont captés plus haut, et le différentiel entre la chaleur en hauteur et le sol ombragé va créer une forme de climatisation. L'arbre est un être formidable pour notre société."

Selon vous, à quoi doit ressembler l'espace urbain de demain ?

Olivier Lesage : "Avec des canicules comme celle de ce week-end alors que l'on est à peine mi-juin, je pense que l'espace urbain de demain va forcément répondre à cette question des îlots de chaleur. La prise de conscience est collective. Mais il va falloir faire attention à la manière dont on va accompagner cette plantation d'un suivi sur plusieurs années, un suivi qui devra être accru puisque l'arbre, s'il doit se développer avec des épisodes de canicule plus longs et fréquents, devra faire l'objet d'une surveillance vraiment attentive pendant au moins deux saisons."

"Mais il existe d'autres solutions alternatives à la plantation d'arbres. Dans des rues plus étroites par exemple, un voilage ou des systèmes inspirés de ce qui se fait à Barcelone ou dans les villes plus méridionales peuvent être une réponse."

"On peut aussi penser à l'installation de fontaines. Rien que l'ambiance qu'elles vont apporter par le son va nous inspirer un sentiment de confort. Tout cela peut participer au confort de la ville, pour moins subir ces chaleurs et ce soleil de plomb."