"Il y a des gens bourrés, ça peut vite dégénérer" : place de la République à Dijon, des tensions à répétition

Publié le Mis à jour le
Écrit par Lisa Guyenne avec Valentin Chatelier

Depuis le 22 juillet, il est interdit de boire de l'alcool place de la République à Dijon. Le but : enrayer les bagarres et les incivilités qui entachent la vie des habitants et des commerçants. Mais deux semaines plus tard, la situation n'a pas changé.

L'été 2022 est tendu place de la République. "Les bagarres ne manquent pas", confirme un jeune Dijonnais qui a l'habitude de fréquenter la place. "Il fait chaud, les gens sont excités, sous alcool, ça peut vite dégénérer", ajoute son ami. "Il y a des gens bourrés, ils crient. Ce n'est pas un lieu pour passer quand on est une femme ou pour se promener avec les enfants", déplore une riveraine, mère de famille.

"On vient en groupe pour ne pas être toute seule"

Le 22 juillet dernier, la préfecture a pris un arrêté pour interdire la consommation d'alcool sur cette place emblématique de Dijon, de 14 heures à 6 heures du matin, à la suite d'incidents à répétition ces derniers mois. Mais deux semaines après son entrée en vigueur, rien n'a vraiment changé. "Quand on attend le bus, on vient en groupe pour ne pas être toute seule. On ne se sent pas en sécurité", avoue Kloé, une adolescente. 

Les commerçants perdent des clients

"Hier, ils étaient 25, torses nus jusqu'à 23 heures, en train de se battre, ils étaient tous avinés, ils achetaient des bières dans les petits commerces locaux... Je n'ai absolument rien vu qui a changé", affirme Xavier Colin, qui gère avec son épouse le bar l'Alhambra depuis 11 ans.

Tout près, un autre commerçant fait grise mine : Cyril Griffond, patron de pizzeria. "J'ai plein de clients qui m'ont dit : on ne veut plus venir. J'ai même un voisin, sa fille de 10 ans a dit qu'elle voulait déménager parce qu'elle avait peur en rentrant de l'école." Le restaurateur perd 30 à 40% de chiffre d'affaires par mois ces derniers temps. Il compte bientôt changer d'activité et transformer son restaurant en bar de nuit. C'est peut-être l'un des derniers types de commerces à prospérer à République : autour de la place, on compte pas moins de sept bars dansants ou boîtes de nuit.