"Je ne mange qu'une fois par jour et adieu le chauffage" : à Dijon, le paiement des bourses étudiantes se fait attendre

Publié le Mis à jour le
Écrit par Antoine Comte .

Mardi 6 décembre, le Crous Bourgogne-Franche-Comté a annoncé sur le réseau social Twitter être confronté à un dysfonctionnement dans sa chaîne de paiement pour le mois de décembre. Résultat, plusieurs dizaines d'étudiants n'ont toujours pas reçu leur bourse. Une situation qui provoque incompréhensions et colère. Témoignages.

C'est une annonce qui a mis le feu aux poudres. Mardi 6 décembre, le Crous Bourgogne-Franche-Comté publiait sur Twitter un message lourd de conséquences : 

Lourd de conséquences car en Bourgogne-Franche-Comté, ce sont environ 25 000 étudiants qui touchent une bourse pour arriver à passer le mois convenablement. Dès le 5 décembre, des dizaines d'étudiants ont ainsi exprimé sur les réseaux sociaux leur colère et inquiétudes vis-à-vis de la situation. 

J'ai ma propriétaire sur le dos, car je ne peux pas payer le loyer pour le moment

Tom, 19 ans, étudiant en L1 psychologie à l'université de Bourgogne

"Aux yeux des gens, quelques jours de retard dans le versement des bourses, ça peut paraître insignifiant. Mais pour nous, étudiants, c'est énorme". Luna* est étudiante en master à l'Université de Bourgogne. Elle est boursière échelon 6 : elle reçoit tous les mois 513 euros pour vivre. "Normalement, on reçoit nos bourses à la fin du mois précédent, ou avant le 5 du mois. On calque tout notre budget là-dessus : les loyers, les courses et tous les différents retraits" continue la jeune femme.

Luna n'a toujours rien reçu et selon son propre aveu, "elle est déjà dans le rouge financièrement". Tom, 19 ans, L1 psychologie, accuse aussi le coup : "Je compte tout les mois sur la bourse pour me permettre de manger et de mettre le chauffage, surtout en période hivernale" confie-t-il. Résultat, le jeune homme vit actuellement "avec un repas par jour et sans chauffage. J'ai dû également annuler mes heures de conduite. Et puis j'ai ma propriétaire sur le dos, car je ne peux pas payer le loyer pour le moment".

La situation est tout aussi inquiétante chez Fanny, 19 ans, étudiante en LEA à Dijon : "En ce moment tout mes paiements sont refusés. Je suis à découvert après avoir payé mes factures d'électricité et d'eau. En plus je suis malade, mais je ne peux pas aller chez le médecin car je n'ai pas assez pour payer la consultation".

Toute cette situation arrive aussi à une période délicate selon Ambroise*, étudiant dijonnais en master 1 de lettres classiques : "En étant précaire, on commence à se poser 10 000 questions sur la nourriture, les loyers, etc. On entre en période de partiel, c'est du stress en plus. Et puis ça peut paraître secondaire, mais Noël arrive. Comment faire pour acheter des cadeaux ? C'est aussi important socialement".

Chez tous ces étudiants, c'est la colère qui prédomine : "On a eu aucune explication de la part du Crous. Aucun message, aucun mail. Si on n'avait pas hausser le ton sur Twitter, on serait resté sans rien, pense Fanny. Et recevoir un dédommagements pour ce retard, c'est inutile d'y croire". "On a eu quelques tweets d'explications, des messages impersonnels...Ca ne suffit pas" souffle Luna.

"On l'a mauvaise, car dans les situations inverses où c’est nous qui avons un retard, le Crous sait bien nous envoyer des courriers de relance, même pour des sommes faibles"

David*, étudiant en L1 informatique à l'université de Bourgogne

La principale question : quand les bourses seront-elles versées ? Joint par France 3 Bourgogne, le Crous BFC indique avoir procédé à une nouvelle mise en paiement le 7 décembre. "Tous les étudiants auront reçu leur bourse entre le vendredi 9 décembre et mardi 13 décembre, indique Delphine Mouturier-Grillot, directrice de la vié étudiante au Crous BFC". "Il faut comprendre que ce retard n'est pas de notre ressort, continue-t-elle, mais lié à un dysfonctionnement des réseaux informatiques sensés faire transiter les fonds".

Le Crous indique avoir réagi au plus vite et avoir pris plusieurs mesures d'urgences : proposition de rendez-vous avec des assistantes sociales, aide financière ponctuelle proposée aux étudiants dans le besoin et souplesse par rapport aux paiements des loyers. 

(Les prénoms suivis d'une astérisque * ont été modifiés)

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité