JO 2018 : Thibaut Fauconnet a frôlé l'exploit en short-track sur l'épreuve du 1.500 m

Alors qu'il était dans le peloton de tête à deux tours de l'arrivée en finale du 1500 mètres, le patineur dijonnais, Thibaut Fauconnet, a été entraîné dans la chute du Sud-Coréen Hwang Dae-heon, devant lui. Il se classe septième. La finale à neuf a été remportée par un autre Sud-Coréen, Lim Hyo-jun.

Après une cérémonie d'ouverture des JO de Pyeongchang placée sous le signe de la réconciliation des deux Corées, les JO ont repris leurs droits sportifs avec les premières médailles décernées samedi notamment en ski de fond, short-track et biathlon.

En short track: 1.500 m messieurs, et qualifications 500 m dames et 3.000 m dames 

Après s'être qualifié avec Sébastien Lepage pour les demi-finales du 1500 mètres, Thibault Fauconnet a frôlé l'exploit en short-track sur l'épreuve du 1.500 m, où aucun Français n'est monté sur le podium depuis son introduction en 2002 à Salt Lake City.

Tombé après avoir été touché au visage par la lame du patin du Sud-Coréen Hwang Dae-heon - ce qui lui vaut une coupure au-dessus de la lèvre – Fauconnet (32 ans) s'est finalement classé septième d'une inhabituelle finale à neuf remportée par un autre Sud-Coréen, Lim Hyo-jun.

"A deux tours de l'arrivée, je suis médaillé, et deux tours après, je suis septième. Je ne fais rien de mal, ma course est parfaite. C'est une soirée presque parfaite. Il manque deux tours et j'y penserai toute ma vie, c'est con", a résumé le patineur dijonnais.

"A neuf, il y a forcément des dépassements problématiques, où ça frotte beaucoup, ce qui fait que tu perds de la vitesse. Là, ça doublait, ça zigzaguait... Moi, je voulais juste garder mon calme. Ce que je ne voulais pas, c'était perdre de l'énergie à mettre des coups d'épaule pour rien, ce qui peut être mon défaut souvent", a-t-il expliqué.

"Je savais que les mecs allaient faire n'importe quoi", a-t-il poursuivi. Du coup, j'attends, je me retrouve au bon endroit au bon moment, j'étais frais, je l'avais..."

"Le mec devant moi, je suis vraiment collé à lui. Ca peut être une erreur, effectivement j'aurais pu être un peu plus loin quand il tombe mais c'est le moment où moi je veux l'attaquer. Je prends sa lame dans la lèvre et c'est fini, pas de médaille", a regretté Fauconnet.

Fauconnet, qui participe en Corée à ses troisièmes Jeux olympiques, doit encore patiner le 500 m et le 1000 m.

Dimanche, de nouvelles opportunités se présentent aux Bleus, avec notamment la descente hommes qui a leur déjà souri par le passé. Brice Roger a terminé à une encourageante 4e place du dernier entraînement de samedi, tandis qu'Adrien Théaux a fini 11e.

Les regards seront aussi braqués sur le porte-drapeau Martin Fourcade, en quête de devenir le Français le plus titré de l'histoire des Jeux d'hiver, engagé sur le sprint (10 km).




L'équipe de France a envoyé 4 athlètes en Corée  : Thibaut Fauconnet, Sébastien Lepape, Véronique Pierron, Tifany Huot-Marchand