• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Ostéopathie animale : quand un vétérinaire soigne les animaux avec ses mains

© Jean-Matthieu Ricard
© Jean-Matthieu Ricard

Tout comme les humains, les animaux ont leurs ostéopathes. Grâce aux mains, cette thérapie manuelle soulage et rééquilibre les corps. Jean-Matthieu Ricard, vétérinaire en Côte-d'Or, s'est formé à l'ostéopathie pour élargir sa panoplie de traitements.

Par Fatima Larbi

L’ostéopathie est une technique de soins manuelle qui a vu le jour au XIXe siècle aux Etats-Unis. Une spécialité, destinée au départ aux humains, qui n’a cessé de se développer et d’être réglementée.

En France, une loi de 2002 a reconnu le titre professionnel d’ostéopathe. Elle oblige ceux qui pratiquent à demander à l'administration une autorisation avant d’exercer.

Quant à l’ostéopathie animale, elle est plus récente. Elle est apparue en France au début des années 1980 grâce aux travaux d’un vétérinaire, Dominique Giniaux. Il a appris l’ostéopathie humaine pour pouvoir la transposer sur les chevaux. Désormais, cette technique peut être utilisée avec tous les animaux.

 On peut même utiliser l’ostéopathie sur un serpent. A partir du moment où il y a des muscles, des os et des ligaments, on peut traiter avec l’ostéopathie. Jean-Matthieu Ricard, vétérinaire


Jean-Matthieu Ricard pratique l’ostéopathie animale depuis sept ans.

Pour ce vétérinaire, dont le métier est reconnu par un diplôme d’Etat, l’ostéopathie n’est pas une médecine alternative. Pour lui, cette compétence, acquise après 600 heures de formation, enrichit la panoplie des traitements.

 Un bon état de santé est juste un équilibre et non un état de fait. L’ostéopathie permet de rétablir l’équilibre là où il a été rompu. Jean-Matthieu Ricard

Ostéopathie animalière
Ostéopathie animalière


►L’ostéopathie animale c'est quoi ?


Missmiss est un chat scottisch straight, une très jolie femelle grise de 6 ans. Entre les mains du docteur Jean-Matthieu Ricard, elle n’est pas du tout effrayée. Il la met en confiance et la palpe avec ses mains pour voir de quoi elle souffre. Après avoir un peu tourné en rond, Missmiss s’étale complétement. Là, elle se laisse complétement faire, elle semble même guider les mains du praticien qui alterne palpé roulé, étirement, pressions...

Comme pour les humains, cette technique utilise les mains, le toucher. La finalité de l’ostéopathie est toujours la même, mais il y a plein de techniques différentes. A chaque fois, l’ostéopathe doit s’adapter à l’animal et à sa pathologie.

On ne traite pas un lapin comme on traite un cheval de 700 kilos. Jean-Matthieu Ricard


Au cours de la manipulation, en général les animaux se laissent faire. Même si certains, comme les jeunes chiots préfèrent commencer par jouer. Mais en quelques séances, ils finissent par se calmer, se poser et s’abandonnent entre les mains de l’ostéopathe.

Jean-Matthieu Ricard soigne le plus souvent des chevaux et des chiens, mais il soulage aussi les chats, les lapins, les moutons, les veaux…

L’ostéopathie se suffit parfois à elle-même, alors que d’autre fois il doit la compléter par un traitement médical ou chirurgical. Et comme tout traitement, elle a ses indications et ses contre-indications.

Même si, a priori, il n’y a pas de limites à l’ostéopathie animale, elle sert le plus souvent à traiter les problèmes locomoteurs ou neurologiques : boiteries, douleurs, veaux tordus après une naissance…
Cette thérapie ne soignera jamais une fracture ou un cancer, mais elle permet de soulager les symptômes souvent associés à ces pathologies.
© Jean-Matthieu Ricard
© Jean-Matthieu Ricard
 

►Qui peut pratiquer l’ostéopathie animale ?


Pour devenir ostéopathe animalier il y deux voies possibles :
Suivre une formation initiale de vétérinaire pendant cinq ans, reconnue par un diplôme d’Etat, à laquelle il faut ajouter une spécialisation en ostéopathie.
Suivre une formation initiale d’ostéopathe animalier, pendant cinq ans et ensuite passer les épreuves d’aptitude pour obtenir une inscription sur la liste établie par l’ordre national des vétérinaires.

 En effet, depuis un décret de 2011, l’ostéopathie animale pouvait être exercée par des ostéopathes non vétérinaires.

Aujourd’hui, cette profession est réglementée par un décret datant de 2017.

Pour se prévaloir de ce titre, il faut donc désormais obtenir une aptitude délivrée par le conseil national de l’ordre des vétérinaires (CNOV). Une épreuve qui évalue des connaissances théoriques (biologie, anatomie, physiologie…) et des aptitudes pratiques et permet l’inscription sur une liste tenue par le CNOV.

 Jean-Matthieu Ricard a de plus en plus de demandes pour l’ostéopathie animale. Le bouche à oreille est très efficace et, quand les traitements conventionnels ne suffisent pas, de plus en plus de confrères lui adressent des patients.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Chenôve : de nouvelles voitures ont brûlé en ville

Les + Lus