Visite de Bruno le Maire : près de 2,5 millions d'euros issus du plan de relance pour deux entreprises de la Côte-d'Or

Le ministre de l'Économie est ce vendredi 19 février en Côte-d'Or et en Haute-Saône. Il a annoncé qu'Adhex Technologies et Crossject vont bénéficier du plan de relance de l'Etat, respectivement à hauteur de 930 000 et 1,5 million d'euros. 130 emplois vont voir le jour.

Le ministre est arrivé aux alentours de 9h ce vendredi matin à Chenôve.
Le ministre est arrivé aux alentours de 9h ce vendredi matin à Chenôve. © Martin Fort / France Télévisions

Le ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire est arrivé vers 9h à Chenôve, en Côte-d'Or. Il visite l’entreprise Adhex Technologies, experte dans la conception et la fabrication de solutions adhésives. Elle est spécialisée dans les domaines de l'automobile et de la santé. 

La visite se fait en présence notamment de Marie-Guite Dufay, présidente PS du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, du maire PS de Dijon et président de Dijon Métropole François Rebsamen, du député LREM de Côte-d'Or Didier Martin et du maire PS de Chenôve Thierry Falconnet.

Bruno Le Maire visite l'entreprise Adhex Technologies à Chenôve (Côte-d'Or) ce vendredi matin.
Bruno Le Maire visite l'entreprise Adhex Technologies à Chenôve (Côte-d'Or) ce vendredi matin. © Martin Fort / France Télévisions

"Nous avons bénéficié du plan de relance à hauteur de 930 000 euros sur un total de 15 millions d'investissement, nous a précisé Roland de la Brosse, le dirigeant d'Adhex. "Les 15 millions d'euros d'investissement étaient déjà prévus. Mais le plan de relance permet d'accélérer les choses."

L'entreprise a dédié 800 000 euros à l'achat de machines et le reste pour de la recherche et du développement."Cela a permis de mettre au point des adhésifs sans solvant, meilleurs pour l'environnement." L'entreprise se porte bien. Elle va s'agrandir pour accueillir les nouvelles machines et devrait recruter une trentaine de salariés. Un bâtiment est en construction pour cela. Les postes devraient être pourvus dans les six mois à venir dans les domaines de la maintenance et de la recherche et développement. "Des profils qui existent dans la métropole dijonnaise", selon Roland de la Brosse.

Lors d'un point presse à l'issue de sa visite de l'entreprise, le ministre de l'Économise s'est dit "heureux de voir que le plan de relance fonctionne". "La Bourgogne-Franche-Comté est une des régions qui a le plus béneficié du plan de relance sur le plan industriel", a-t-il poursuivi. "Nous allons sortir de la crise plus forts. Le plan de relance est une chance pour la France."

© Martin Fort / France Télévisions

Le locataire de Bercy a quitté Chenôve après sa prise de parole pour aller visiter l'entreprise dijonnaise Crossject , mais sur le site de production d'Arc-lès-Gray en Haute-Saône. L'entreprise a développé une solution d'injection sans piqûre baptisée "Zénéo" et va bénéficier du plan de soutien France Relance à hauteur de 1,5 million d'euros. Cette subvention, et les sommes engagées par Crossject, "vont permettre la création d'une centaine d'emplois", a annoncé le ministre. 

Vesoul dans l'après-midi

Après ces deux étapes, le ministre doit prendre la direction de Vesoul. Le maire de la commune, Alain Chrétien est un proche du ministre. Sur place, Bruno Le Maire devrait notamment visiter la cité Gérôme. Ancien établissement scolaire, l'établissement devrait accueillir prochainement un regroupement de services administratifs de la commune, du département mais aussi de l'Etat dans le cadre du programme de décentralisation des services de l'Etat. La direction générale des finances publiques doit notamment s'y installer. 

Sur place, le ministre est déjà attendu par des représentants des agriculteurs. Le syndicat agricole FDSEA dénonce l'attitude de la grande distribution dans le cadre des négociations annuelles sur les prix. "Au cours de l’année 2020, les enseignes de la grande distribution ont vu leur chiffre d’affaires s’envoler de 6.3% en raison de la fermeture de la restauration hors domicile. Ces enseignes qui ont réalisé une année exceptionnelle en 2020 demandent des baisses de prix pour l’année 2021 alors que les coûts de productions des éleveurs ont augmenté", expliquent-ils dans un communiquée. 

La rencontre avec Bruno Le Maire n'est pour l'instant pas inscrite à l'agenda du ministre. Mais le syndicat l'affirme : "La FDSEA rencontrera Bruno Le Maire ce vendredi 19 février à Vesoul"

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie industrie politique