Sa rentabilité est scrutée : la ligne TGV Paris - Dijon est-elle menacée ?

La ligne TGV Dijon - Paris est en danger : c'est ce que croit savoir le quotidien Le Parisien, dans son édition du 22 janvier. L'émergence de nouveaux concurrents et le nouveau modèle économique de la SNCF l'obligerait à revoir son réseau. Mais quel destin pour la liaison entre la cité des Ducs et la capitale ?

Après la suspension de la ligne TGV Dijon - Lille il y a quelques années, une autre liaison ferroviaire serait-elle menacée ? Selon les sources du Parisien, la ligne TGV Dijon - Paris est sur la sellette. 

Le quotidien affirme que la société nationale des chemins de fer français réfléchit à la mise en place d'un nouveau modèle économique. L'arrivée de nouveaux concurrents étrangers sur le sol français comme Trenitalia ou Renfe aurait mis à mal la SNCF. De plus, l'entreprise ferroviaire est en pleine modernisation de son réseau, et cela demande des fonds.

Paris - Arras, Paris - Chambéry, Paris - Metz - Nancy, Paris - Grenoble... De nombreuses lignes seraient déficitaires : "moins d’un TGV sur deux est rentable."  La ligne Dijon - Paris est également évoquée. 

Une aide financière des collectivités ?

Pour limiter les pertes financières, la SNCF envisagerait plusieurs options. La réduction du nombre d'allers-retours au quotidien est évoquée, mais une autre hypothèse fait débat. Selon Le Parisien, la SNCF demande aux collectivités locales d'apporter un soutien financier annuel. Une somme aux alentours des 12 millions d'euros. 

Si Michel Neugnot, vice-président de la région Bourgogne-Franche-Comté en charge des transports, souhaite le maintien de la ligne Dijon - Paris et le retour du Dijon - Lille, il n'est pas question que la Région y contribue financièrement. "La SNCF fait de la marge plus importante sur le Paris, Lyon et Marseille. D’autres, la marge est faible. Nous pensons que c’est à la SNCF de faire son point d’équilibre. Elle contribue à un service public", rapporte-t-il.

La position de la Région est de dire que c’est à la SNCF de financer cela.

Michel Neugnot

Vice-président de la Région en charge des transports

Remettre en cause la ligne Dijon - Paris ne serait pas sans conséquence en Bourgogne. Chaque jour, 14 trains font l'aller-retour entre la cité des Ducs et la capitale. Sans parler de Montbard (Côte-d'Or). Depuis la pandémie, de nombreux Parisiens ont déménagé en Bourgogne, et se rendent quotidiennement dans la capitale par le train pour travailler.

"Quand on voit le nombre de personnes dans ce train, toutes les places sont occupées. Les choses sont claires sur un service public : tant qu’il est utilisé, il fonctionne. Le jour où il n’est plus utilisé, il ne fonctionne plus. Là, je ne vois pas la baisse de trafic sur le Paris – Dijon – Lyon. Il n’y a jamais eu autant de monde, à tel point qu’on a des moments de saturation", affirme Michel Neugnot.

La SNCF dément

Dans un communiqué, la SNCF assure ne jamais avoir eu l'intention de fermer ou réduire l'offre sur la ligne Dijon - Paris. "SNCF Voyageurs dément avoir engagé le moindre projet de réduction globale des dessertes TGV ou d’arrêt de destinations. Aucun projet de la sorte n’a d’ailleurs été soumis dans les instances de l’entreprise."

L'entreprise ferroviaire se dit consciente que certaines lignes sont déficitaires. Pour autant, les liaisons TGV bénéficiaires permettent d'assurer un équilibre économique. Et remettre en question cet équilibre n'est pas à l'ordre du jour.

La SNCF ajoute qu'il est de la "responsabilité de toute entreprise d’avoir en permanence des réflexions prospectives sur l’avenir à 10 ou 20 ans de notre offre au regard de l’évolution du marché et de l’arrivée de la concurrence." De quoi rassurer les nombreux Bourguignons qui se rendent quotidiennement à Paris... Pour le moment. 

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bourgogne-Franche-Comté
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité