Saulieu en Côte d’or : la revanche d’une femme, le témoignage bouleversant de Dominique Loiseau

Publié le Mis à jour le
Écrit par Fatima Larbi

Après le suicide de son mari Bernard Loiseau, grand chef étoilé, Dominique Loiseau décide de continuer son œuvre pour ne pas le perdre une seconde fois. 18 ans plus tard, après avoir relevé ce défi, elle témoigne de ce parcours dans son livre : "La revanche d’une femme".

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

 Le jour de la mort de mon mari Bernard Loiseau,  je ne sais pas combien de temps il m’a fallu pour prendre la décision de continuer.  Mais très vite cela a été une évidence pour moi. Ce que nous avions construit ensemble ne devait pas disparaitre, pour mes enfants, les salariés de notre maison et aussi pour moi. Je devais absolument me ressaisir et avancer. 

Dominique Loiseau

Ces propos sont ceux de Dominique Loiseau, épouse de Bernard Loiseau, un des chefs étoilés préféré des français. Le 24 février 2003, il met fin à ses jours. Ce jour-là, face à ce drame, elle se retrouve devant un choix cornélien . Devait-elle céder à la douleur et au chagrin et tout arrêter ou, malgré cette tragédie, fallait-il reprendre le flambeau et poursuivre l’œuvre de de son mari : "le groupe Bernard Loiseau", devenue une marque à laquelle elle avait très largement participé.  Très vite, pour Dominique Loiseau, continuer s’impose, cela devient une évidence. Elle se retrouve alors à la tête d’une entreprise dont elle est aujourd’hui la présidente.

 

♦ Dans un premier temps, survivre et tenir

Je n’aurais pas pu survivre si on avait dû enlever l’enseigne et, avec notre équipe nous formions une vraie famille, il fallait tenir. 

Dominique Loiseau

18 ans après le suicide de son mari, Dominique Loiseau a relevé le défi. La marque  Bernard Loiseau, s’est développée, elle compte aujourd’hui 4 restaurants et environ 150 salariés. Une véritable cheffe d’entreprise !

 L’œuvre construite aux côtés de son époux, "la maison Bernard Loiseau" et son état d’esprit ne se sont pas effondrés. A Saulieu, l’enseigne "Bernard Loiseau" est toujours accrochée au fronton du restaurant, son équipe de 70 personnes a pu rester à ses côtés, et Dominique Loiseau a réussi à transmettre à ses enfants l’amour de cette maison et de la gastronomie à la française chères à son époux.

 Je ne pouvais pas accepter qu’on décroche le nom de Bernard du restaurant, j’aurais perdu mon mari une seconde fois. 

Dominique Loiseau

Elle partage ce témoignage bouleversant dans un livre qui vient de paraître aux éditions Michel Lafon : " La revanche d’une femme" . La leçon de vie d’une femme formidable !

♦ De l’ombre à la lumière : "Tu y arrivera ma petite"- Paul Bocuse

Pourtant, rien ne prédisposait cette Alsacienne plutôt réservée,  biochimiste de formation, à devenir une des représentantes de la gastronomie française. Sa rencontre avec son mari Bernard Loiseau  lui a fait changer de trajectoire. Il lui a transmis sa passion et le goût pour ce métier et pendant dix-sept ans, souvent dans l’ombre, elle a été à ses côtés. Elle l’a accompagné dans tous ses défis, toutes ses innovations, qui ont fait de "la maison" Bernard Loiseau  un des hauts lieux du patrimoine gastronomique français.

Car, après Alexandre Dumaine, créateur du restaurant "la Côte d’Or"  en 1932, "Le relais Bernard Loiseau" a fait s’arrêter à Saulieu, en Côte-d'Or, les plus grands de ce monde.

Dominique Loiseau a toujours été attachée à la valeur patrimoniale de ce lieu et a beaucoup travaillé aux côtés de Bernard pour la faire grandir. Et comme lui avait prédi Paul Bocuse, elle y est arrivée.

Je croyais en cette maison et à son histoire et j’ai essayé de continuer à la faire vivre. Nous avons une salle à manger dont le sol date de 1904, comme il n’y en a plus en France. La plupart de ces lieux ont fermé et n’ont pas été transmis. 

Dominique Loiseau

♦ Transmettre pour faire vivre l’entreprise construite aux côtés de son mari

A 50 ans,  Dominique Loiseau a dû  également s’occuper seule de ses  trois enfants : deux filles, Bérangère et Blanche, et un fils, Bastien. Elle ne voulait pas qu’ils s’effondrent complétement.

Perdre tout ça à 50 ans ce n'était pas possible. Je devais travailler et qu'aurais-je pu faire d'autre ?

Dominique Loiseau

Elle ne voulait pas que les enfants puissent penser que l’œuvre de leur père ne représentait pas grand-chose, malgré le travail et l’investissement de leurs parents. Bernard Loiseau, homme de passion et de verbe, leur a toujours parlé de gastronomie et de son restaurant. Ils lui vouaient une admiration sans faille et se sont toujours senti chez eux dans cet établissement. Les cuisines du "Relais Bernard Loiseau" étaient leur cour de récréation où ils mangeaient régulièrement.

Une transmission plus que réussie, car les deux filles de Dominique Loiseau travaillent maintenant aux côtés de leur mère.

 Pour moi le restaurant était comme le 4éme enfant de la famille et nous avons vu les sacrifices qu’ont dû faire nos parents. 

Bérangère Loiseau

A 32 ans, Bérangère est l’ainée de la fratrie. Elle a fait ses premiers pas dans le hall du restaurant et a toujours su qu’elle y travaillerait un jour. Il y a huit ans, elle a pris en charge le marketing et les médias pour le groupe, puis a été nommée vice-présidente du groupe aux côtés de sa mère.

Quand à Blanche, 25 ans, elle a choisi  le chemin des cuisines, comme son père.

A la fin du confinement Blanche m’a confié qu’elle avait parlé avec Patrick Berthon, le chef cuisinier du relais de Saulieu, et qu’elle allait le rejoindre. 

Dominique Loiseau

En réussisant cette transmission, Dominique Loiseau n’a pas seulement préservé un patrimoine gastronomique et une excellence à la française, elle les a inscrit dans un futur.

Avec le temps,  Dominique Loiseau  a compris que son mari était bipolaire et a accepté son suicide. Elle peut se retourner sur ce parcours de vie pour se dire qu’elle a relevé le défi et répondu aux deux mantras de sa jeunesse : Seul le travail ne déçoit jamais et Une femme doit savoir vivre seule

Même si elle rajoute : "Je n’avais pas le choix et si je l’avais eu, je ne sais pas si j’aurais osé, car contrairement aux hommes les femmes n’osent pas assez."

 

Rendez-vous avec Dominique Loiseau le 6 septembre 2021 à 9H05, sur France 3 Bourgogne-Franche-Comté, dans l'émission  "Vous êtes formidables".

⇒ Vous avez envie de partager votre témoignage ? Vous souhaitez nous faire découvrir une initiative, un projet ou une personne #Formidable ? Merci de remplir le formulaire en lien.