Coupe de France : Sochaux-Saint Etienne, des retrouvailles entre ambition et nostalgie

Le FC Sochaux reçoit l’AS Saint-Etienne en 32e de finale de la Coupe de France ce jeudi 11 février 2021. Une rencontre particulière entre deux bastions historiques du football français, qui ne se sont plus croisés depuis plus de sept ans. Retour sur leurs confrontations les plus marquantes. 

Mickael Isabey face à Saint-Etienne en Coupe de la Ligue (2004)
Mickael Isabey face à Saint-Etienne en Coupe de la Ligue (2004) © THOMAS WIRTH / AFP

L’heure des retrouvailles a sonné. Sept ans après leur dernière opposition en match officiel, Sochaux et Saint-Etienne se retrouvent jeudi 11 février pour un 32e de finale de Coupe de France aux allures d’ancien choc de Ligue 1. Une rencontre à la saveur particulière, un mélange de nostalgie et de rivalité entre deux formations historiques du championnat de France, qui ont croisé le fer à 128 reprises dans leur histoire commune, pour 44 victoires sochaliennes.

Aucun duel depuis sept ans

Mais il faut remonter assez loin pour trouver la trace du dernier duel entre les deux formations, qui ne vivent aujourd’hui plus avec les mêmes ambitions : les Jaune et Bleu luttent pour garder leur place dans le Top 8 de Ligue 2, tandis que les Verts se battent eux, pour leur survie en Ligue 1. Un décor bien différent donc, de celui du 23 mars 2014, date de leur dernière confrontation.

Sochaux-Saint Etienne, match de Ligue 1 en 2013.
Sochaux-Saint Etienne, match de Ligue 1 en 2013. © SEBASTIEN BOZON / AFP

Un mauvais souvenir pour les Doubistes, qui s’étaient inclinés à Geoffroy-Guichard (3-1) avant d’être relégués en L2 quelques semaines plus tard. C’est d’ailleurs un ancien de la maison sochalienne qui s’était mué en bourreau des Lionceaux ce soir-là : un certain Mevlut Erding, auteur d’un doublé en seconde période.

Les confrontations précédentes n’avaient d’ailleurs pas souri davantage aux Sochaliens, qui restent sur une série de cinq matches sans victoire face aux Stéphanois. La dernière victoire sochalienne (0-1) remonte au 15 septembre 2012, au soir d’une cinquième journée de L1 qui avait vu l’oublié Thierry Doubai inscrire l’unique but de la rencontre. Une autre époque.

Bilan favorable à Sochaux en Coupe nationale

Le constat est tout autre en revanche quand il est question des matches de Coupe. Face aux Verts, les Sochaliens y présentent même un bilan positif : en dix confrontations, ils se sont qualifiés à six reprises pour seulement quatre éliminations. En Coupe de France, le pourcentage de victoires est même plus élevé puisque les Lionceaux n’ont perdu que trois fois contre les Verts dans cette compétition.

Le match de jeudi ne sera d’ailleurs pas sans rappeler celui de 2007 : un 32e de finale là aussi, qui avait vu les hommes d’Alain Perrin s’imposer logiquement (3-1) au Chaudron, avant d’aller décrocher le Graal en finale contre l’OM. Ce soir là, les buteurs se nommaient Alvaro Santos, Julien Quercia et Anthony Le Tallec.

Au bon souvenir de 2004

Mais s’il ne fallait retenir qu’un seul match, un unique souvenir des confrontations historiques entre Stéphanois et Sochaliens : ce match du 4 février 2004 en demi-finale de Coupe de la Ligue aurait à coup sûr sa place tout en haut du classement.

Menés de deux buts après vingt minutes de jeu seulement, les hommes de Guy Lacombe avaient su trouver les ressources pour revenir au score grâce à Jérémy Mathieu et Wilson Oruma, avant de l’emporter en prolongations (2-3). Une soirée inoubliable dans un Bonal en fusion, qui avait permis aux Sochaliens de se qualifier pour leur deuxième finale consécutive.

Dix-sept ans plus tard, les hommes d’Omar Daf seraient bien inspirés d’imiter leurs prédécesseurs mais la tâche s’annonce compliquée. Les Doubistes ne partiront pas favoris jeudi soir face à une équipe stéphanoise en reconquête, qui surfe sur une dynamique de trois matches sans défaite en championnat. Les hommes de Claude Puel sont 15e de Ligue 1 et ont fait de la Coupe de France un objectif.

Quel scénario ce jeudi ?

Deux éléments pourraient toutefois jouer en faveur des Lionceaux. Il fera très froid ce jeudi soir, près de -10°. Des conditions difficiles et un terrain sans doute abîmé par les chutes de neige qui pourrait profiter aux coéquipiers de Joseph Lopy. Autre élément à prendre en compte et il n’est pas anodin : comme le coach sochalien, Claude Puel pourrait être amené à laisser quelques uns de ses cadres au repos.

En effet l’interruption des championnats amateurs obligent les entraîneurs à accorder du temps de jeu à leurs remplaçants en Coupe, puisque les équipes réserves ne jouent plus le week-end. C’est d’ailleurs le choix qu’avait fait Omar Daf au tour précédent face à Nancy. Mais les "coiffeurs" sochaliens avaient parfaitement pris le relais. Espérons qu’il en soit de même jeudi soir.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
fc sochaux-montbeliard football sport coupe de france as saint-etienne