Besançon : Les enseignants du CLA, Centre de Linguistique Appliquée, donnent leurs cours à distance pendant tout l'été

Plus de mille stagiaires se sont inscrits pour partiper à l'une des formations à distance proposées tout cet été par le Centre de Linguistique Appliquée de Besançon. Le CLA s'est adapté aux contraintes de la crise sanitaire pour continuer à proposer des formations français langue étrangère. 

© CLA
Cette saison particulière devrait marquer un virage dans le fonctionnement du CLA de Besançon. La transition du CLA à l'ère numérique est à l'oeuvre. Comme de nombreuses institutions, cet établissement de l'université de Franche-Comté ne peut pas accueillir cet été les stagiaires venus du monde entier pour se perfectionner dans l'enseignement du français langue étrangère. Alors que le confinement était à peine levé, le CLA a pu proposer des formations en ligne adaptées aux besoins des stagiaires. 

La crise nous a mis au pied du mur. Le numérique a ouvert des portes, alors même que ces pratiques d'enseignement n'étaient pas encore très développées au CLA. Notre centre a beaucoup appris ces dernières semaines et s'est doté de nouvelles compétences.

 

Arnaud Pannier, directeur du CLA



Cette rapidité d'adaptation a pu ouvrir des nouveaux marchés. "On a bien gagné en lisibilité internationale " poursuit Arnaud Pannier. 

Le CLA a même organisé des webinaires portant sur cette évolution des méthodes pédagogiques :
 

Outre les écoles d’été de la langue française entièrement à distance  les formations de formateurs à distance ont remporté un franc succès. Les stagiaires, en restant dans leur pays et même chez eux, peuvent choisir cinq séances sur une vingtaine présentées sur le site du CLA. Chaque séance dure 1h30 et ce module revient à 75 euros. Une formule qui a séduit plusieurs commanditaires comme les ambassades ou les alliances  françaises. 
 

Les ambassades de Cuba ou de Grèce ont commandé cette formation beaucoup moins onéreuse que les stages habituels de l'été au CLA. A titre de comparaison, deux semaines de cours en "présentiel", reviennent à 700 euros sans compter le transport, l'hébergement et les repas. 
 
Anne Olivaux est une des enseignantes qui a adapté ses méthodes de travail pour pouvoir continuer de former les enseignants français langue étrangère( FLE) . Avec une collègue, elle a mis au point un module "Enseigner le FLE aux enfants". 
 

Il a fallu imaginer une nouvelle méthode pour transmettre nos objectifs pédagogiques. J'aime bien le numérique, cela ne m'a pas effrayée. On a découvert de nouveaux outils.

Anne Olivaux

Concrètement, les enseignantes ont boulversé leurs habitudes. Quand elles ont des élèves en salle de classe, ils se lèvent, se mettent en situation pour "jouer" des situations avec des élèves. Là, lors des formations à distance, c'est impossible. Anne Olivaux et sa collègue ont eu l'idée de tourner des petites videos pour montrer les situations. Elles ont envoyé également des documents avant le cours. Les stagiaires doivent prendre connaissance de ces documents avant le début de la formation à distance. Il a fallu aussi s'adapter aux moyens des uns et des autres. A Cuba, les stagiaires travaillaient avec leurs téléphones portables alors qu'en Grèce, ils avaient accès à Zoom sur leur ordinateur. 

L'Iran, l'Irak, Israël, le Nigéria ont été conquis par cette proposition. Un nouveau modèle économique qui intéresse également le CLA. Mais, l'absence de ces stagiaires à Besançon a de réelles conséquences sur les hébergeurs, les restaurateurs et toutes les activités touristiques que font habituellement les stagiaires cet été. 

A la rentrée, le CLA va poursuivre sa mutation numérique en proposant des "formations hybrides" mélant formation sur place et à distance. Au CLA, il y aura bien un "après-covid". 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter