Besançon : Le Palente Besançon Handball (PBHB) se prépare à la deuxième division

Publié le Mis à jour le
Écrit par S.H.

C’est une montée en deuxième division (D2F) attendue par le club bisontin. Les joueuses de Palente s’entraînent pour leur rentrée le 3 septembre. L’équipe devra affronter les Rennaises de Saint-Grégoire. Entretien avec l’entraîneur Cheikh Seck.

Besançon semble véritablement une terre de handball. Si beaucoup pensent en premier lieu à l’ESBF, le club bisontin de la ligue féminine de handball féminin, il faut désormais tenir compte des joueuses du Palente Besançon Handball (PBHB). Un club présent depuis 50 ans. En 2021-2022, les joueuses de Palente ont survolé la compétition de National 1 (N1), premières de leur pool et premières tout court de la compétition. Les handballeuses ont atteint sans surprise la deuxième division (D2F).

Reportage de Stéphanie Bourgeot et de Margot Gésiot. Montage de Pierre Corne.

20/20...ou plutôt 26/26 !

Une saison quasi-parfaite donc ? « Quasi-parfaite…Parfaite même ! lance Cheikh Seck, entraîneur du PBHB. On a eu un parcours sans-faute, où on a gagné 26 matchs sur 26. La pression était énorme parce qu’on n’avait pas le droit à l’erreur. On a su maintenir la cadence du début à la fin pour finir premier des premiers des quatre pools. » C’est en effet une rage de vaincre qui a saisi les joueuses de Palente. D’autant que le club avait brièvement goûté à la D2 en 2019-2020, avant une relégation en National 2, en raison de l'arrêt des championnats en pleine crise du covid. La saison suivante (2020-2021) est également arrêtée à cause de la pandémie.

La D2F est un scénario déjà joué, mais qui n'a jamais pu être achevé. Et cette fois, l'histoire devra être plus heureuse. C’est en tout cas ce que souhaite l’entraîneur : « Il faut se servir de ce qu’on a fait il y a deux ans. Quand on y était, on n’était pas prêts. Il y avait des jeunes joueuses qui ont depuis pris plus d’expériences. Il faut se servir du passé, pour aborder de la même manière possible la saison qui va venir. »

« Le promu en général souffre »

Cheikh Seck en est conscient, il faut désormais parvenir à faire ses preuves dans une posture un peu difficile : « Cette année, on monte, on n’est pas favori. On est promus, donc le promu en général souffre », explique-t-il. Mais l’ambition reste claire : « L’objectif, ce serait d’avoir un maintien. Pas à la dernière seconde du dernier match, mais un maintien favorable. La pression sera là, mais ce ne sera pas la même que la dernière. »

L’équipe de Palente reste décidée, d’autant plus qu’au dernier match amical, face à Clermont, il s’en est fallu de peu. Face au Handball Clermont Auvergne Métropole 63 (HCAM63), les Bisontines ont laissé échapper la victoire à un but près : 26-25. Rappelons que Clermont est un club de deuxième division, en 9e position l’année dernière. Le PBHB a donc toutes ses chances de se maintenir… Ses points forts ? « Une défense bien agressive et un jeu sur la vitesse, lâche d’emblée l’entraîneur. Pas de gros gabarits mais une équipe qui court partout ! » Il ne reste plus qu'à attendre le 3 septembre pour voir le PBHB à l'œuvre, face à l'équipe rennaise de Saint-Grégoire.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité