Besançon : les couleurs de l'arc-en-ciel LGBT s'affichent dans la ville pour lutter contre l'homophobie

La ville du Doubs a tracé des tags éphémères sur plusieurs passages piétons du centre-ville. Un arc-en-ciel coloré pour faire évoluer les mentalités sur le droit pour tous à une sexualité libre.

Les passages piétons de Besançon aux couleurs LGBT.
Les passages piétons de Besançon aux couleurs LGBT. © Lilia Aoudia - France Télévisions

Vous les aperceverez rue Mégevand ou devant la cité des Beaux-Arts. Ces tags éphémères ont été tracés par la société CleanCom. Il sont réalisés en peinture 100 % naturelle et biodégradable. Un geste visuel qui n'a l'air de rien mais qui vient soutenir les lesbiennes, les gays, les bisexuels et les transgenres, parfois victimes d'homophobie.

© Lilia Aoudia - France Télévisions

“C’était une demande des associations de Besançon de rendre visible cette question qui est encore très tabou, très peu mise sur la place publique” explique Anne Vignot maire écologiste de Besançon. “Pour certains, le symbole est déjà connu, pour d’autres non. C’est une façon de dire que la société a besoin de bouger, de changer… on transforme ces passages piétons en lieux initiatiques en se disant quelle place la société donne à la possibilité d'avoir pleinement sa vie sexuelle” ajoute l’élue. Les associations comme Amnesty International, et Nouvel Esprit ont participé à l’inauguration des tags aux couleurs LGBT. Ils ont été mis en place dans la ville depuis la journée mondiale de lutte contre l’homophobie le 17 mai, mais leur inauguration avait été reportée en raison de la météo pluvieuse. Ces “clean tags” vont s’estomper naturellement.

Le drapeau arc-en-ciel de la communauté LGBT compte six couleurs symbolisant les différents aspects de la communauté : le rouge pour la vie, l'orange pour le réconfort, le jaune pour le soleil, le vert pour la nature, le bleu pour l'art et le violet pour la spiritualité.

D’autres villes agissent pour l’homophobie

La Ville de Paris par exemple va se déclarer "zone de liberté LGBTQI+", un geste symbolique en réaction à "l'inquiétant recul des droits et la répression" vis-à-vis des minorités sexuelles et de genre dans le monde, a annoncé la mairie à l'occasion de la Journée mondiale contre l'homophobie.

Lesbiennes, gays, bisexuels, transexuels, queers, intersexes...Paris veut montrer "son soutien important à l'international à ces personnes en danger".

Les actes homophobes en hausse en France

L’assocation SOS homophobie explique dans son rapport 2020 avoir recueilli 2 396 témoignages, soit une augmentation de 26 % par rapport aux données de 2018. Ce chiffre est le deuxième plus élevé depuis la création de l’association derrière celui de 2013, année des débats et manifestations qui ont accompagné l’ouverture du mariage aux couples de même sexe.

© Extrait rapport 2020 - SOS homophobie

Selon l'association en 2020, partout en France, dans les rues, au Parlement, en ligne, sur les lieux de travail ou de vie, les insultes et les violences LGBTIphobes ont perduré.

Les témoignages d’agressions à l’encontre des personnes trans en particulier ont plus que doublé en un an (+130 %). L’association propose une ligne d’écoute pour les victimes, le 01.48.06.42.41.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
lgbt+ société diversité homophobie