Besançon : trois personnes blessées par balles dans une fusillade

Une fusillade a éclaté dans le quartier de Planoise, à Besançon, faisant trois blessés dont deux graves. Les auteurs sont toujours recherchés. Précisions.

© France Télévisions
Il est 19h30, ce mercredi 25 décembre, quand le commissariat de Police de Besançon reçoit plusieurs appels. Des hommes cagoulés, à bords de trois voitures, ont ouvert le feu sur un groupe, avec des armes "genre Kalachnikov". Sur place, deux victimes sont retrouvées, rue de Fribourg, dans le quartier de Planoise. Un homme, âgé de 30 ans, est touché à la cuisse. L'autre, âgé de 31 ans, est blessé gravement et a reçu plusieurs balles autour du thorax. Son pronostic vital est engagé. Ils ont été hospitalisés au CHRU Minjoz de Besançon. Les deux trentenaires ont été opérés mercredi dans la soirée. 

Une troisième victime, un adolescent de 14 ans, a été blessée par l'éclat d'une balle mais il n'était, semble-t-il, pas visé par les tireurs. C'est sa famille qui a contacté la police depuis l'hôpital. Il sera entendu très prochainement par la police judiciaire. 

Un règlement de comptes sur fond de trafic de drogues ?

Sur place, les policiers ont ramassé une vingtaine douilles de munitions d'armes automatique de calibre de 5,56.  Ils ont également constaté que des balles perdues avaient traversé le mur d’un appartement situé à proximité. Par ailleurs, sous une voiture, une grenade a été retrouvée. Une équipe de démineurs de Colmar a alors été mobilisée. De leur côté, les tireurs ont pris la fuite. Pour l'heure, la police n'a procédé à aucune interpellation. L'étude de la vidéosurveillance est en cours. Le parquet de Besançon a ouvert une enquête. La police judiciaire a été saisie pour mener l'enquête.

Les deux adultes blessés ne sont "ni du quartier, ni de Besançon, ni du Doubs", a précisé à l'AFP une source policière, selon laquelle il pourrait s'agir d'une guerre de territoire sur fond de trafic de stupéfiants. Interrogée sur ce point, Mme Parietti, la vice-procureure, a indiqué n'avoir pour l'instant "aucun élément" en ce sens. Planoise est un "quartier qui est sous surveillance particulière, où effectivement le trafic de stupéfiant est courantOn a eu des tirs, notamment des tirs en l'air, par exemple la semaine dernière, c'est un endroit où ça peut arriver de manière assez régulière", a-t-elle ajouté.

Fin novembre, un homme de 22 ans avait été touché à quatre reprises par des tirs d'arme à feu dans ce même quartier lors d'un possible règlement de comptes.

 
Fusillade à Besançon


"Des actes intolérables" pour le maire de Besançon

Face à notre caméra, ce jeudi 26 décembre, le maire de Besançon, Jean-Louis Fousseret, a réagi : "Ces actes d'hier soir sont absolument intolérables." Le maire assure que "Planoise ne sera pas un quartier de non-droit", avant d'ajouter : "Nous avons mis en place un système de vidéoprotection qui est très efficace. Il va nous permettre d'analyser ce qu'il s'est passé et aussi, je l'espère, d'identifier les auteurs de ce crime.
Découvrez son interview réalisée par Adrien Gavazzi et Denis Colle :
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter