Coronavirus-Covid 19 : pour les cyclistes Léo et Avril, même confinés, c'est un amour qui roule

Léo Vincent et Avril Laheurte sont deux cyclistes en repos forcé. Cela leur permet de passer du temps avec leurs chevaux. / © Léo Vincent
Léo Vincent et Avril Laheurte sont deux cyclistes en repos forcé. Cela leur permet de passer du temps avec leurs chevaux. / © Léo Vincent

Lui est professionnel à la Groupama FDJ, coéquipier de Thibaut Pinot. Elle, une cyclotouriste qui enchaîne les classiques toute l'année. Depuis le 17 mars, il sont chez eux, près de Besançon, leur saison en stand-by. Ils s'entraînent quand-même. Et profitent d'être ensemble. 

Par Clément Jeannin

"D'habitude, à ce moment-là de la saison, c'est quasiment impossible de se voir", explique Avril Laheurte. Son compagnon Léo Vincent enchaîne en effet presque sans répit les Tours de Catalogne, du Pays-Basque et de Romandie. 

Cela, c'était donc pendant les printemps passés. Tout a changé depuis début mars. "On vit le confinement comme tous les Français. Sauf qu'on a de la chance d'avoir une maison avec un jardin, un champ derrière avec les deux chevaux d'Avril et la forêt à 300 mètres", explique Léo. 

Le cycliste comtois a d'abord été mis au repos par son employeur, comme tous ses collègues. Puis, après 10 jours de coupure, les entraîneurs de la Groupama FDJ ont mis en place un programme de maintien en condition.

Du léger. Les cyclistes sont assez libres, il est vrai déjà habitués à s'entraîner chez eux une partie de l'année. Un peu de home-trainer et de renforcement musculaire.

Avril et Léo aiment s'entraîner ensemble, côte à côte, sur leurs home-trainers. Avril est contente, elle peut ainsi suivre plus longtemps son amoureux que s'ils étaient sur route. Mais pas de surrégime.

"Le but ce n'est pas de se cramer de toute façon. Quand on fait du home-trainer de façon intensive, on perd vite de l'eau et des sels minéraux. Il ne faudra pas que notre corps ne soit pas en forme quand la saison pourra reprendre."

Avril enchaîne : "on s'astreint à une routine proche des semaines de la vie d'un coureur cycliste. On se couche tôt, on se lève tôt, on maintient notre poids de forme. Ce ne sont pas des vacances. Surtout qu'on ne sait vraiment pas de quoi demain sera fait."
 
S'aimer c'est regarder ensemble dans la même direction. En faisant du home-trainer. / © Avril Laheurte.
S'aimer c'est regarder ensemble dans la même direction. En faisant du home-trainer. / © Avril Laheurte.

Léo (24 ans) est dans sa dernière année de contrat. Avril (27 ans) est à la recherche d'un emploi. Alors cette pause confinée n'est pas forcément de tout repos, car l'incertitude de l'avenir professionnel du couple les empêche vraiment de profiter.

Le cycliste comtois a eu son manager, Marc Madiot, au téléphone la semaine dernière. Lui-même ne sait pas du tout comment la suite de la saison va se dérouler. Beaucoup de questions, surtout après le report d'un an des Jeux Olympiques de Tokyo. La preuve que d'autres grandes épreuves peuvent aussi être reportées ou annulées. Si le Tour de France n'était pas au programme pour Léo, ni le Giro, il était question qu'il participe au Tour d'Espagne.

"Mais on n'est vraiment pas à plaindre", s'empresse d'ajouter Avril. Elle fait partie de l'équipe de cyclotourisme GrandFondo France. Elle s'est spécialisée dans les courses de 150/200 kilomètres. Cette ancienne espoir de l'athlétisme réalise désormais sa passion dans le monde amateur mais y met la même motivation.
 
Ce confinement permet en tout cas aux deux amoureux de passer du temps avec Salem et Mushu, les chevaux du couple. Avec Léo, ils ont acheté il y a un an leur maison. Alors le cycliste profite de son temps libre pour bricoler : mur de l'entrée, sol dans la chambre...La vraie vie, quoi.



 

Sur le même sujet

Les + Lus