Coup dur pour les amoureux des animaux en Franche-Comté : une femelle tigre est morte au zoo de la Citadelle de Besançon

Une association de défense des animaux s'est demandée pourquoi l'animal n'était plus présent dans son enclos. Réponse de la Citadelle : il est mort au début du confinement. 

Saminka était une femelle tigre de Sibérie, une espèce rare et menacée.
Saminka était une femelle tigre de Sibérie, une espèce rare et menacée. © Compte Facebook de l'association Humanimo

Tout est parti d'une publication, parue ce jeudi 17 juin 2020 sur le compte Facebook de l'association jurassienne Humanimo, basée à Dole et spécialisée dans le combat pour la cause animale : 

"Mais où est passée Saminka ?"

Cette femelle tigre de Sibérie, vivant depuis 2013 en captivité au zoo de la Citadelle de Besançon, était absente de son enclos depuis la réouverture du site début juin, comme précisé ci-dessous : 

 

 

Une disparition inquiétante, et pour cause : Saminka est morte d'une insuffisance rénale le 17 mars, le jour même où le confinement a été mis en place en France. C'est ce qu'a précisé la Citadelle de Besançon, en commentant la publication Facebook de l'association Humanimo. 

Pourquoi ne pas avoir informé le public plus tôt ? Réponse de la Citadelle : 

"La mort de la tigresse est intervenue pendant la période de confinement où la Citadelle était fermée au public. Nous n’avons pas communiqué compte-tenu des priorités qui étaient celles à gérer par les équipes Citadelle durant la crise sanitaire. En revanche, depuis la réouverture, nos équipes répondent en toute transparence à nos visiteurs qui s’interrogent sur la présence de 2 tigres au lieu de 3."

 

2 tigres au lieu de 3 

 

Saminka la femelle ayant perdu la vie, reste le mâle, Cliff, et son petit, Taïga, une femelle elle aussi. La Citadelle attend les instructions pour l'arrivée éventuelle d'une future femelle adulte :

"Les trois quarts de nos espèces sont en "programme d'élevage européen", nous explique Margaux Pizzo, responsable du parc zoologique. Chaque programme d'élevage est géré par un coordinateur : des vétérinaires, des biologistes, des scientifiques. Les coordinateurs connaissent les individus en captivité, leur généalogie. Ce sont eux qui font les meilleures recommandations pour la reproduction des animaux. Nous attendons ces recommandations depuis plusieurs mois."

Patience, donc. En attendant, pour éviter tout coït entre le tigre mâle adulte et sa petite (les animaux sauvages perdent la notion de parenté à mesure qu'ils grandissent), un système de contraception a été pensé pour la femelle. 

Quant à Cliff, le tigre adulte, il va bien : "Il n'a pas changé de comportement depuis la mort de Saminka, que ce soit dans ses déplacements, dans le nourrissage ou dans l'occupation de l'espace", précise Margaux Pizzo.

 

Une naissance exceptionnelle : 4 ans déjà

 

Saminka (la femelle morte en mars 2020) et Cliff (le mâle toujours en vie) avaient donné naissance à trois tigreaux en 2016. Un événement considéré alors comme étant de grande importance, l'espèce étant menacée d'extinction, avec seulement 600 individus recensés à l'état sauvage.

Nos équipes avaient filmé les premiers pas des trois jeunes tigres de Sibérie, peu après leur naissance : 

 

 

Deux ans plus tard, en 2018, deux des trois tigreaux quittent la Citadelle de Besançon, pour rejoindre un zoo situé en Suède. Nous en parlions dans cet article : 

 

 

Ces échanges au sein des zoos européens ne sont pas du goût des défenseurs des animaux, qui dénoncent par ailleurs les conditions de vie des espèces en captivité.

Ainsi, l'association Humanimo, dont nous avons parlé plus haut, a lancé une pétition début janvier, réclamant la fermeture du zoo de la Citadelle de Besançon :

 

 

À l'origine de cette pétition : la mort d'une lionne, tout début janvier 2020, à la suite d'une intervention chirurgicale.

Deux animaux morts en quelques mois : 2020 est décidément une année noire pour les responsables du parc zoologique de la Citadelle...

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter