Football. La joie dans la communauté Sénégalaise du Doubs, après la première victoire du pays en Coupe d'Afrique des nations

Publié le Mis à jour le

Dimanche 06 février, les footballeurs du Sénégal ont enfin ramené la Coupe d'Afrique des nations à la maison. Dans le Doubs, c'est la joie parmi les supporters des Lions de la Teranga.

L'équipe de football du Sénégal a remporté pour la première fois la Coupe d'Afrique des nations, dimanche 06 février. Les Lions de la Teranga ont battu l'Egypte en finale, à l'issue d'un match nul (0-0) suivi de prolongations et de tirs au but (4 à 2). Les affronts de 2002 et de 2019 où ils avaient alors été jusqu'à cette dernière étape sans gagner, sont vengés. Après être passée par différentes émotions, la communauté Sénégalaise du Doubs a vibré pour ses champions.

Suspense chez les étudiants Sénégalais de Besançon

Au Crous de Besançon, les étudiants Sénégalais se sont rassemblés pour suivre le match dès 20 heures. Parmi eux, il y a Moussa. Le jeune homme de 27 ans ne regarde jamais le foot, mais il a fait une exception. Ce dimanche, il est allé voir cette rencontre dans cette "fan zone" avec ses amis. Le reste du temps, il se passionne pour les sciences de la langue à la Faculté des lettres de la capitale Comtoise. Mais ce soir-là, son cœur a battu à 100 à l'heure tout au long du duel Egypte-Sénégal.

"J'étais tétanisé lorsque j'ai vu que les prolongations continuaient encore et qu'on allait aux tirs au but. Je n'y croyais plus. Mes amis ont dû me consoler, car j'avais peur : on avait perdu en finale, il y a 3 ans. J'ai finalement crié de joie au coup de sifflet final", se souvient-il. 

Du désespoir à la victoire

Même émotion pour Abou, retraité de 71 ans. Cet ancien preneur de son de Besançon confie "toujours suivre la Coupe d'Afrique des nations". Il a suivi le match avec son fils, depuis son canapé : "C'était très dur, j'ai cru que c'était foutu puisque les Egyptiens jouaient bien et déjouaient nos frappes. Si on avait réussi le pénalty accordé durant le match, c'était plié. C'était laborieux, mais finalement ça m'a fait très plaisir quand le moment de la délivrance est arrivé". 

Un professionnel plus réservé

Pour Oumar N'Diaye, l'avis est un peu plus nuancé. L'ancien footballeur de Besançon, âgé de 81 ans, se défend de critiquer la formation de son cœur. Il note tout de même quelques réserves.

"On a la chance d'avoir gagné, mais on n'a pas montré grand chose de notre valeur. Ils avaient un bon gardien de but, un bon défenseur mais pas d'attaque. Quand on est sûr de soi, on attaque. Là, ils avaient peur de jouer : leur objectif était de ne pas prendre de buts donc ne pas prendre de risque. Sadio Mané, le joueur du premier pénalty a été obligé d'être constructeur et finisseur (sic)", expose-t-il.

L'ancien sportif ne manque pas de louanges sur son nouvel héros : "Il est plus grand que je ne le pensais. Sadio a raté son pénalty pendant la première période, mais il s'est repris lors des tirs au but. Mentalement, il est plus fort que les autres".

Après avoir gagné cette coupe, le Sénégal devra remettre son titre en jeu en 2023. La Coupe d'Afrique des nations doit se tenir cette année-là en Cote d'Ivoire.