INSOLITE. Dans le Doubs, une bande de copains survole chaque jour la vallée de la Loue en paramoteur et capture des photos exceptionnelles

Publié le

Ils ont trouvé la bonne solution pour trouver un peu de fraîcheur. Au lever du jour et en fin de journée, une quinzaine de pilotes venus de Champagne prend le frais en altitude dans le Doubs, et rapporte des images à couper le souffle.

Cela fait bientôt quinze ans que la joyeuse équipe se déplace, inexorablement dans le Doubs pour une nouvelle découverte de la vallée de la Loue.

Des pilotes venus de Reims (Marne) et appartenant au club de paramoteur RC ULM.

Une tradition respectée d'année en année.

Ils ont entre 31 et 75 ans pour le doyen de l'équipe, Michel.

Tous partagent la passion du paramoteur et celle de la découverte de nouveaux horizons. Michel a déjà survolé la France entière mais le Haut-Doubs présente pour lui un attrait particulier.

Nous venons de la plaine Champenoise, donc les petits reliefs du Doubs nous changent. Ils son magnifiques et facilement survolables avec nos paramoteurs. La vallée de la Loue est splendide, et en l'absence de vent on peut descendre assez bas, c'est vraiment magique.

Michel Godin, pilote du RC ULM.

Les pilotes du RC ULM sont présents dans le Doubs jusqu'à lundi. Cinq jours pour découvrir le département de fond en comble. La première soirée a permis un premier survol de la vallée de la Loue. Les plus ambitieux ont même entrepris une navigation jusqu'aux reliefs du Mont d'Or, à la frontière Suisse. Un périple de plus de 70 kilomètres aller-retour !

L'occasion aussi de trouver un peu de fraîcheur car la température baisse quand on prend de l'altitude. Une baisse importante, de l'ordre de 0,8 degré par 100 mètres. Ce qui signifie que si les pilotes montent à 1.000 mètres au dessus du sol où il fait 30 degrés, en vol il sont dans une masse d'air de seulement 22 degrés ! Ça fait du bien !

Le paramoteur est constitué de l'ensemble pilote, moteur et voile. En vol le pilote est installé dans une sorte de siège, appelé "sellette" et il pilote sa voile grâce à des commandes tenues en main.

Dans son dos, le pilote possède un moteur (de 80 à 300 cm3) qui entraîne une hélice. L'ensemble permet de faire avancer et monter l'aéronef.

Au dessus de la tête du pilote, une voile (type voile de parapente) permet le vol en avant et vers le haut.

Le pilote décolle généralement d'un terrain ULM permanent ou provisoire, type champ agricole avec autorisation de l'exploitant.

Le Doubs, un terrain de jeu idéal pour la pratique du paramoteur, avec des paysages variés, des monuments et des reliefs doux. Le président du club Rémois se réjouit chaque année de revenir sur les terres comtoises.

Le Doubs est l'une de nos destinations préférées. Entre la vallée de la Loue, le château de Joux et le lac Saint-Point, les paysages sont incroyables ! Et si l'on choisit la plaine, on peut approcher Besançon et sa citadelle, ou encore naviguer jusqu'à l'incroyable saline d'Arc-et-Senans.

Paul-Antoine Boudet, Président du RC ULM.

 

Pour pratiquer le paramoteur, il faut être titulaire du brevet de pilote ULM. Une formation dispensée dans trois écoles du Doubs, qui proposent aussi des baptêmes :

- école de paramoteur Aero ULM de Thise, près de Besançon

- école paramoteur de Liesle

- école de paramoteur de La Vrine