L'équipe de France de voile contact s'installe à l'aérodrome de Besançon La Vèze pour se préparer aux championnats du monde

Comme à son habitude, l'équipe de France de voile contact a pris ses quartiers à l'aérodrome de Besançon La Vèze (Doubs) pour s'entraîner en vue des prochains championnats du monde en août 2024.

C'est dans le ciel bisontin que les parachutistes de l'équipe de France de voile contact sont venus s'entraîner pour quelques jours. Depuis 25 ans, le site de La Vèze accueille des champions du monde pour préparer les compétitions. Et ce n'est pas un hasard car cet aérodrome est un Pôle Excellence de parachutisme pour ces entraînements très rigoureux. "C'est une structure labélisée par le ministère des Sports et qui bénéficie d'aides pour les entraînements. Tous les moyens logistiques et aéronautiques sont mis à notre disposition pour s'entraîner dans de bonnes conditions", explique Jean-Michel Poulet, directeur technique national de la Fédération française de parachutisme. 

Sport méconnu dans lequel la France excelle 

C'est bien dans les airs que se déroule le voile contact. Ce sport, qui se pratique en équipe de deux ou de quatre, consiste en un saut en parachute. Largués à 2 000 mètres d'altitude, les parachutistes doivent réaliser un maximum de figures imposées, en accrochant avec les pieds le parachute de l'autre, en une minute. Un "vidéoman", essentiel et partie intégrante de l'équipe, s'élance également en parachute pour filmer les figures de son équipe et permettre au jury de comptabiliser les points. 

Un sport dans lequel la France excelle puisque l'équipe tricolore a plusieurs fois été championne du monde, notamment en 2022, et détient également le record du monde depuis 2017 : 57 points en une minute. 

Cette fois, l'équipe de France se prépare pour les championnats du monde en août prochain, à Prostejov en République tchèque. Les deux équipes de deux parachutistes s'élanceront avec un objectif : le titre de champion du monde pour l'équipe A et la troisième place pour l'équipe B, qui vise le titre convoité pour 2026. Pour être préparés au mieux, les parachutistes ont des "séquences régulières de stage tous les mois, d'une dizaine de jours", explique Jean-Michel Poulet. Après chaque saut, une séance de debrief est organisée avec le visionnage des figures. 

durée de la vidéo : 00h00mn40s
La France est détentrice du record du monde de voile contact : 57 points et figures en une minute. ©Equipe de France de voile contact

Deux locaux dans l'équipe de France 

Parmi les parachutistes, deux connaissent parfaitement le site de La Vèze puisque c'est ici qu'ils se sont laissés porter par le vent pour la première fois. "On se sent chez nous parce qu'on a évolué ici, depuis 2001. On a l'habitude des vents", confie Magali Belgodère, parachutiste de l'équipe A de voile contact, au micro de notre journaliste, Stéphanie Bourgeot. C'est aussi à l'aérodrome La Vèze que Guillaume Dubois, parachutiste et capitaine de l'équipe B, a fait ses débuts. Le champion du monde est détenteur de cinq titres. "J'ai commencé en 2002 ici. J'ai fait six sauts la première année, 50 la deuxième, 150 la troisième et ainsi de suite jusqu'à l'équipe de France", annonce le parachutiste. 

"Beaucoup d'émotion" pour les deux locaux de Besançon qui évoquent une addiction au saut au parachute et à la discipline exigeante du voile contact. Ils tenteront de réitérer l'exploit en août prochain en ramenant le titre en France. "Pour les équipes, la République tchèque est une première mais la météo est plutôt semblable à la nôtre", confie Magali Belgodère. En attendant, l'équipe de France va continuer de s'entraîner sur le site de La Vèze.