Le Sportacle à Besançon : une aventure sportive et culturelle malgré le Covid-19

Publié le Mis à jour le
Écrit par Isabelle Brunnarius
Le Sportacle au Palais des Sports de Besançon : un ovni culturel.
Le Sportacle au Palais des Sports de Besançon : un ovni culturel. © Laurent Brocard -France Télévisions

Le sport et la culture font partie des secteurs les plus touchés par la crise sanitaire. Cela n'a pas empêché la Compagnie Teraluna de Besançon de monter un projet expérimental mêlant handball et théâtre en plein Covid. C'est cette histoire que nous allons vous raconter.

Pendant un an, nous avons suivi les comédiens et les sportifs qui ont dû s'adapter sans cesse aux restrictions sanitaires pour que le sportacle soit joué en octobre dernier au palais des sports de Besançon devant près de 1300 personnes.

Pour mieux se rendre compte des contraintes qu’ont dû surmonter l’équipe du Sportacle, nous vous proposer de revenir sur les dates marquantes de ce projet culturel inédit. 

Un spectacle vivant pour tous

L’idée est née en 2018. Bien avant le premier confinement (17 mars- 11 mai 2020). Voici la genèse de cet ovni culturel. Sébastien Barberon, le metteur en scène de la compagnie Teraluna, est un homme de théâtre qui aime le sport.

Le Sportacle n'est pas tout à fait né au bord d'un terrain de sport. Disons qu'il s'est plutôt confirmé à cet endroit. En observant que lors d'un match, les ingrédients du spectacle vivant étaient déjà présents, sans être vraiment révélés. Des gens qui jouent, d'autres qui regardent et attendent une issue. Des éclairages, du son, parfois du suspens, parfois des retournements de situations... Les spectateurs peuvent y jouer un rôle - celui de supporter - et donc prendre part plus activement à ce qui se raconte, comme c'était le cas autrefois dans les théâtres. - avant que le spectateur ne devienne silencieux. Dans la rencontre sportive, une plus grande diversité de spectateurs (adultes, enfants, ouvriers, cadres, intellectuels...ou pas) Une libre circulation, une libre expression. (qui n'est que rarement possible au théâtre)...Ce sont ces raisons, entre autres, qui ont confirmé l'idée qu'il y avait là une belle matière à expérimenter. lors d’une conversation lors d’un match de Handball en 2018. Comment proposer un spectacle vivant qui séduirait des publics et non pas uniquement les habitués des salles de théâtre ou du Palais des sports de Besançon.

Sébastien Barberon, metteur en scène de la compagnie Teraluna

Le 5 décembre, des confrères de France 3 Franche-Comté vont sur le site de la Rhodiaceta. Le projet du Sportacle prend forme avec la camionnette du Sportacle. Il est peint par Florian Chapuis alias Wask Honer. Une sorte de signal qui se déplacera dans le quartier de Montrapon à Besançon comme un fil conducteur du projet. Ce tournage a lieu lors du deuxième confinement (30 octobre -15 décembre 2020). 

C’est aussi le début de notre projet de feuilleton pour France 3 Bourgogne-Franche-Comté. Comment des artistes et des sportifs vont-ils pouvoir mener à bien ce projet inédit alors que la culture et le sport font partie des secteurs les plus touchés par la crise sanitaire ? Nous commençons à tourner sans savoir comment va se terminer cette histoire.

                                                                                                             

22 février 2021 : Le soleil vient à peine de se lever et nous tournons une séquence au Palais des Sports de Besançon. Les artistes de la compagnie Teraluna et les comédiens impliqués dans le projet Sportacle se retrouvent. Le masque est de rigueur à l’extérieur mais une fois sur le parquet pour travailler, l’équipe peut travailler normalement. Je me souviens de nos interrogations lors de ce tournage. Comment est-ce possible de courir, toucher un ballon, d’être ensemble ? Il n’y a plus de confinement mais des règles sanitaires strictes s’appliquent. Le public ne peut pas venir au Palais des Sports, les matchs se font sans encouragement, sans applaudissement.

25 février 2021 : Nous assistons à l’un des comités techniques du projet Sportacle. L’image est intéressante. Elle montre que les partenaires sont nombreux : il y a les sportifs, les artistes et aussi les associations de quartiers, les maisons de quartier, la Ville de Besançon. Le Sportacle, c’est autant un projet de société qu’une performance artistique. Signe de la crise sanitaire, la réunion doit se tenir dans une grande salle de sport, aérée. Les participants sont éloignés les uns des autres, en rond. La question du jour est de savoir s'il est possible de reporter le Sportacle. Au cas où…

Ce jour-là, nous avons aussi filmé un gymnase vide, celui où les joueurs du PBHB s'entraînent. Le sport amateur est à l’arrêt. Les handballeurs ne peuvent pas s’entraîner. Le joueur Carl Genet est à fond pour participer ! Du moment qu’il peut enfin jouer au hand.

7 mars 2021 : C’est la reprise de l’entraînement pour les handballeurs. Il ne pleut pas, c’est une chance ! Car interdiction de faire du sport en intérieur. Le handball, c’est un sport de contact en intérieur. Pas de chance ! Les joueurs se remettent en mouvement sans se toucher.

17 mars 2021 : Nous avons rendez-vous à la maison de quartier de Montrapon qui est juste à côté du Palais des sports de Besançon. Nous n’aurons pas pu filmer les ateliers « Tifo » mais nous savons que régulièrement des gens du quartier se retrouvent pour imaginer les banderoles qui seront brandies pendant le Sportacle prévu le 5 juin. Les comédiens Nadine Berland et Eric viennent à Besançon répéter leurs rôles de coach dans les locaux de la MJC.

Régulièrement, la camionnette du Sportacle se pose sur la place entre l’Intermarché et la Maison de quartier. Des happenings culturels pour présenter le projet aux habitants. Nous interviewons une passante qui avait envie de venir, pourquoi pas. Je la recontacterai la veille du Sportacle pour la retrouver le jour J. Non vaccinée, elle ne viendra pas. Nous découvrons aussi l’association de quartier l’APIM qui nous parle de Montrapon. Nous rencontrons des commerçants également sollicités pour le projet : Le photographe William Beekmann, le garagiste Stéphane Lemmolo qui a grandi à Montrapon et le gérant de l’Intermarché Eric Loigerot. Tous ont envie que ce Sportacle donne un élan de vie dans le quartier. Avec les confinements, nous avons pris l’habitude de rester chez nous. Le Sportacle, cela peut être l’occasion d’être ensemble.

31 mars 2021 : Ce soir-là, le président Emmanuel Macron intervient à la télévision. Il annonce le 3eme confinement (3 avril-3 mai 2021). Ce même soir, nous demandons au metteur en scène de Teraluna de se filmer avec son téléphone chez lui après avoir écouté l’intervention du président de la République. Nous avons envie d’avoir sa réaction, impossible pour nous de partir en tournage ce soir-là. Les moyens sont de nouveau limités au minimum pour éviter la propagation du coronavirus.

Face à son téléphone, dans son salon, Sébastien Barberon confie sa lassitude. Il a déjà écrit plusieurs versions de son scénario, il va devoir continuer à s’adapter, mais c’est usant, confie-t-il.

Début mai, sur les réseaux sociaux, La compagnie Teraluna annonce le report du Sportacle à l’automne. A un mois de la date initiale du 5 juin, il y a encore trop d’incertitudes pour savoir s’il sera possible d’accueillir 1000 spectateurs au Palais des sports.

6 septembre 2021 : C’est la rentrée. Nous retrouvons les handballeurs. Parmi eux,  les joueurs de l’association Le soleil brille pour tout le monde, une association qui organise des activités sportives pour les personnes handicapées. Ils sont très impliqués dans le projet.

Hommes, femmes, les équipes sont mixtes. Carl Genet, le joueur que nous avions rencontré au printemps dernier n’est plus de la partie. Son emploi du temps ne lui a pas permis de continuer l’aventure. Il n’est pas le seul. Pour les entraîneurs Lionel Geoffroy du GBDH et Alain Leroux, il faut retrouver des joueurs et construire un jeu homogène. Pendant ce temps, l’équipe de Teraluna se mobilise pour qu’il y ait du monde au Palais du sports. La nouvelle date du Sportacle est fixée au 9 octobre. 

Deux jours avant le Sportacle, nous retrouvons toute l’équipe au Palais des Sports. Répétitions en cours !  Nous assistons à une conférence de presse loufoque.

Seront-ils sur un parquet ou sur une scène ? Y aura-t-il un entracte ou une mi-temps ? Sont-ils des comédiens ou des entraîneurs ?

9 octobre 2021 : Trois ans après avoir l’idée de ce Sportacle, c’est le grand soir !  

Pari réussi. 1300 spectateurs sont venus au Palais des sports de Besançon... Des familles emballées, des écoliers joviaux, des curieux, des théâtreux décontenancés, des sportifs habitués. La fanfare de Battant et les Rouges ont mis l’ambiance. Tout n’était pas très clair mais cela n’est pas le plus important. Ce soir-là, c’était la fête les uns avec les autres. Beaucoup n’étaient jamais venus au Palais des sports, un palais devenu accessible à tous.   

Novembre 2021. La seconde édition du Sportacle  va avoir lieu en milieu rural dans les communautés de communes de Sancey Bellherbe et celle des Deux vallées vertes. Le match aller est prévu le mercredi 16 février 2022 et un match retour doit avoir lieu le samedi 19 février. Là aussi, Teraluna recherche des joueurs, des associations, des habitants. « C'est reparti pour un tour...en plus court et plus rapide... » conclut Sébastien Barberon, le metteur en scène de Teraluna.    

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.