Un chantier périlleux et millimétré, de nouvelles portes pour l'écluse n°51 à Besançon

À Besançon (Doubs), Voies Navigables de France (VNF) a engagé des travaux sur le trajet du canal du Rhône au Rhin. Au niveau de l’écluse n°51 à Tarragnoz, il s’agit de moderniser l’équipement pour le transport fluvial et plus particulièrement le tourisme fluvial.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Longue de 38,50 m et large de 5,20 m, l’écluse de Tarragnoz permet de franchir une chute de 1.80 m. L’ouvrage est muni de deux portes automatisées métalliques. Elles sont changées à l'identique. La manœuvre est délicate et périlleuse pour installer ces deux portes d'écluse de 4 tonnes chacune à l'aide d'une grue posée sur une barge. Une méthode inhabituelle et complexe étudiée depuis deux ans dans les moindres détails.

Commencé à l’automne 2023, le chantier a été fortement perturbé par les crues d’hiver du Doubs, toute intervention avec le matériel flottant étant interdite tant que la rivière dépassait la cote de 2.6 mètres au Moulin Saint-Paul.

Un chantier à risque

La particularité de ce chantier est qu'il se passe par la voie fluviale. Il n'était pas possible de poser une grue de 45 tonnes sur les passerelles autour de l'écluse. Et aucune accessibilité de la route.

Ca complique beaucoup les choses. On n'a pas de stabilité sur l'eau par rapport à la terre ferme. Il faut prendre toutes les précautions.

Bruno Bedeaux, responsable de la maintenance à Voies navigables de France

L'ouvrage date de 200 ans. Dans les années 80, 90, beaucoup de portes ont été changées, mais pas celles de l'écluse n°51. Pour Christophe Huot-Marchand, responsable de l'unité territoriale du canal, il était temps de faire quelque chose.

 

On les bricole depuis deux, trois ans. On avait peur qu'elles lâchent. Elles tenaient mais là, elles étaient vraiment en fin de vie.

Christophe Huot-Marchand, responsable de l'unité territoriale du canal du Rhône au Rhin-VNF

Il passe environ 2000 bateaux par an, les portes sont donc manœuvrées 2000 fois sur une année, les portes étaient usées. Le changement des portes de l’ouvrage est une opération d’un montant de 900 000 euros.

Le canal du Rhône au Rhin, un itinéraire dédié au tourisme fluvial

 

L’écluse de Tarragnoz est l’une des 67 écluses du canal du Rhône au Rhin, un linéaire de 180 km de d’Allenjoie jusqu’à Saint-Symphorien-sur-Saône avec une succession de parties en rivière (Doubs et Allan) et des dérivations canalisées.

Jalonné par des haltes et ports de plaisance situés au cœur de cités historiques (Dole, Besançon, Montbéliard), l’itinéraire et ses berges accueillent des activités de location de bateaux, de croisière et de plaisance privée, mais également des sports nautiques, de la randonnée et du cyclotourisme.

Les retombées économiques touristiques pour les territoires sont estimées à 4.5 M€.