Voitures anciennes : "Le plus grand plaisir que j'ai, c'est de les trouver, comme les champignons !", rencontre avec le collectionneur Alain Marietta

Publié le

Connaissez-vous Alain Marietta ? On ne peut le dissocier des voitures anciennes, sa passion depuis son plus jeune âge. Du côté de Franois dans le Doubs près de Besançon, on embarque à ses côtés à bord de sa Panhard décapotable. Tour d’horizon de ce passionné passionnant, et loquace.

En 1975, à ses 19 ans, Alain Marietta achète sa première voiture ancienne. Il a à l’époque, l’envie d’être remarqué, de ne pas être comme les autres.

 Ca me plaisait d’avoir une voiture marginale. Pourtant je n’étais pas d’une famille de passionnés d’automobiles… 

Alain Marietta, collectionneur de voitures anciennes

Mais dès qu’il pose les mains sur le volant de sa rutilante Citroën traction, le doigt est pris dans l’engrenage. Sa passion ne s’arrêtera jamais. Il nous raconte le piège d’une telle marotte, sans limite.

Chercher pendant des mois une voiture rare, l’obtenir enfin, la bichonner, trouver que c’est la plus belle, en faire le tour et avoir des vues sur une nouvelle voiture, plus rare ou plus belle encore. Vendre pour pouvoir racheter…

Le plus grand plaisir que j’ai, c’est de les trouver… comme les champignons…. 

Alain Marietta

Mais la comparaison s’arrête à l’assiduité qu’il faut mettre en œuvre pour dénicher la perle rare. Les vrais collectionneurs ne mettent pas d’annonces. Les voitures se trouvent de bouche à oreille. Comme les coins à champignons.

Des centaines de voitures et une… chère à son cœur

Alain Marietta possède en permanence une dizaine de voitures. Dans son garage en ce moment on peut notamment trouver une DB Panhard n°58, une Renault Frégate des années 50, une Mercedes cabriolet de 1964, une Triumph TR6 de 1969…

C’est une réserve qui lui permet d’en prêter lors d’expositions. Parfois, il lui faut en vendre deux pour en acquérir une. Mais pour Alain Marietta, il ne faut pas avoir plus de véhicules de collections, car il faut toutes les entretenir. Les faire rouler régulièrement pour qu’elles ne se dévalorisent pas. Sur toutes ces voitures acquises, il y en a une qu’affectionne particulièrement Alain Marietta. Une voiture qu’il a acquise trois fois. Il l’a vendu et regretté immédiatement. Si bien qu’il s’est racheté le même modèle peu de temps après. C'est la Panhard PL17 Cabriolet.

Ce n’est pas la plus chère mais elle est originale et rare. J’y suis attachée. 

Alain Marietta

Nous partons faire, cet après-midi-là, un tour à bord de sa voiture fétiche. Un tour de quartier pour le plaisir des sens. Au premier coup de clef, le vrombissement. L’odeur de l’intérieur en cuir épais, l’odeur des vapeurs d’huile chaude, le ronronnement du moteur bien réglé, les commandes d’époque… Un moment hors du temps, plaisant.

J’aime bien décomposer les vitesses, il y a un coup à prendre. On sent bien la mécanique, on vit avec la mécanique. Moi quand je tombe en panne, je sais pourquoi. 

Alain Marietta

Alain Marietta ne roule avec sa Panhard que le week-end sinon il avoue rouler avec une Citroën banale. Car il ne faut pas se leurrer, il est compliqué dans le trafic d’aujourd’hui de conduire une ancienne automobile.

Plus c’est ancien, moins c’est adapté à la conduite d’aujourd’hui. Les gendarmes couchés abiment les pots d’échappement, les voitures sont trop basses, notamment les anglaises. 

Alain Marietta

Sans compter qu’avec sa Panhard, Alain Marietta est obligé de s’arrêter pour passer la première, ce qui oblige les autres automobilistes à s’arrêter aussi. C’est moyennement accepté, ce loisir est maintenant un peu décalé.

Une association de passionnés

Depuis 1979, Alain Marietta est président d’une association de voitures anciennes. En 1983 elle prend le nom du Club de Passionnés de Véhicules Anciens. Le PVA. Il compte aujourd’hui 85 membres.

 La première fois que j’ai été président d’association, je savais que c’était pour la vie. 

Alain Marietta

Il raconte que personne ne voulait la place, mais ce rôle lui va comme un gant. A compter le nombre d’appels reçus en amont du grand rassemblement d’anciens véhicules au parc des expositions de Besançon Micropolis, on comprend que tout passe par lui. Autant d’appels que de conseils donnés. Rétropolis, lancé par son association vient de fêter sa 10e édition avec une exposition de 350 véhicules anciens, voitures, camions, motos et tracteurs. 40 clubs y ont exposés cette année.  

Voitures anciennes, un temps révolu ?

Alain Marietta pense que le mouvement va s’éteindre doucement. Le bureau de son association est vieillissant. Il a 66 ans, son secrétaire 76 ans et son trésorier 71 ans. Les jeunes se comptent sur les doigts d’une main.

Le monde de la voiture ancienne a changé depuis 45 ans. Il n’a fait que monter dans les esprits et dans les prix et maintenant ça stagne. Il y a une désaffection.

Alain Marietta

Dans le Doubs, Alain Marietta cherche un poulain pour reprendre le flambeau de son association. En attendant il continue de chercher la voiture rare.