VIDEO. Haut-Doubs : au bonheur des neiges, Lucien et Marius vont à l’école à ski 

A Mouthe dans le Doubs, deux petits garçons se régalent en cet hiver. Lucien 10 ans et Marius 7 ans sont gâtés par la neige tombée en abondance. Au petit matin, c’est en ski de fond qu’ils prennent le chemin de l’école.

Un mètre de neige est tombé en une semaine dans ce coin du Haut-Doubs. La petite Sibérie française a revêtu un beau et moelleux manteau blanc.

Un copieux petit déjeuner dans le ventre, Lucien et Marius préparent chaque soir leurs cartables, et leurs tenues de ski ! Alors que le jour se lève à peine, c’est l’heure de sortir les spatules.

Les deux frères habitent dans l’auberge située sur le bord de pistes nordiques au lieu-dit “Chez Liadet”. Frontale sur la tête, gants pour tenir le froid, il fait - 5 degrés, les voici partis à l’école. En ski de fond, ils ont grandi avec ! 

Descendre à ski à l’école, c’est amusant

Marius, 7 ans

3,5 km de glisse à travers les sapins et les paysages blancs du Haut-Doubs, les deux jeunes garçons adorent : “On est descendus vite ce matin avec mon petit frère, j’ai bien aimé. A ski, c’est mieux qu’en voiture et ça économise de l’essence” argumente Lucien. Les deux jeunes déposent leurs paires de ski derrière le bâtiment de l’ancienne douane franco-suisse. “Il nous reste à marcher encore un peu pour aller à l’école, on ne va quand même pas skier sur le goudron” explique espiègle Marius, tout sourire. 

Les deux jeunes sont les seuls à l’école primaire de Mouthe à venir à l’école à ski. “Il y a 9 ans, il y avait beaucoup de monde à l’auberge, et on avait dit un jour à Mathis l’un des aînés, là tu n’as pas le choix, tu vas devoir descendre en skis et il s’est pris au jeu. Les petits ensuite ont voulu y aller, ça les responsabilise" explique Ingrid Bouveret leur maman. 

Les parents récupèrent Lucien et Marius en fin de matinée, et le soir, en voiture. Pas question de remonter en ski après une journée d’école, ça grimpe quand même un peu ! 

“L’hiver, ils descendent en ski quand les conditions le permettent, l’été c’est en vélo” ajoute le papa des deux enfants. “Les copains, nous disent qu’on a de la chance” conclut Lucien qui marche sur les traces des anciens, car dans le massif du Jura, dans les villages, d’antan, les jeunes chaussaient déjà les lattes pour se rendre à l’école. 

Regardez le reportage