Législative partielle : la CGT coupe le son et la lumière au Premier ministre

Une coupure de courant d'une heure, à Audincourt, hier soir. Une action revendiquée par la CGT. Elle a retardé la tenue du meeting de Manuel Valls. Le premier ministre venait soutenir le candidat socialiste à la législative partielle de dimanche. Réactions des internautes, entre humour et énervement.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité
Juste avant le meeting, le point presse venait de démarrer. Quand la salle a été plongée dans la quasi-obscurité des éclairages de secours. Une heure d'attente. Mardi soir, à Audincourt, le Premier ministre a du prendre son mal en patience. Pendant une heure. Une coupure accidentelle de courant ? Non, une action revendiquée par la CGT, auprès de nos confrères de l'Est Républicain :



Selon la CGT, "cette action vise à rappeler que cette loi de transition énergétique est une bonne idée, mais avec de très mauvaises solutions (...) cette loi achèverait le processus de casse du service public de l'électricité".

"Une action irresponsable"


La méthode a été dénoncée avec virulence par le sénateur-maire d'Audincourt, Martial Bourquin. A nos confrères de Libération, il précise : "C’est de l’irresponsabilité.. 1 900 foyers ont été plongés dans l’obscurité pendant près d’une heure. C’est effarant... Nous sommes en plein hiver, il y a des personnes âgées, malades, des restaurants qui travaillent..."

Dans la salle où se tient le point presse, notre équipe témoigne :



 


"Le courant ne passe plus"


Sur les réseaux sociaux, les internautes font preuve d'humour :

 




Un sens de l'humour pas vraiment partagé par le service de communication du Premier ministre. Les attachés de presse ont  lourdement insisté pour qu'aucune image de l'incident ne soit prise par les journalistes. Une insistance plutôt vaine, comme on peut le voir...