Mandeure : le groupe indien Mahindra rachète à PSA la totalité de l'entreprise Peugeot Motocycles

L'usine Peugeot Motocycles était détenue jusqu'à présente à 51% par le groupe indien Mahindra. / © Lionel VADAM - maxPPP
L'usine Peugeot Motocycles était détenue jusqu'à présente à 51% par le groupe indien Mahindra. / © Lionel VADAM - maxPPP

Le groupe PSA vend donc ses dernières parts de capital dans l'usine de Mandeure dans le Doubs spécialisée dans la construction de scooters et véhicules deux ou trois roues. 300 salariés travaillent sur le site. 

Par S.C avec AFP


La nouvelle a été annoncée en comité social et écononomique (CSE) ce vendredi 25 octobre. Le groupe indien Mahindra va devenir le seul propriétaire de Peugeot Motocycles qu'il détient déjà à 51%. L'indien va racheter les 49% de parts encore détenues par PSA, l'actionnaire historique.
La transaction, dont le montant n'a pas été dévoilé, devrait se conclure d'ici à la fin de l'année. Elle permettra de "continuer à développer l'entreprise", pour la "renforcer" sur ses marchés en Europe et lui donner les moyens de vendre sur le marché asiatique, a précisé un porte-parole de Peugeot Motocycles. Les deux groupes ont signé un contrat de licence de la marque Peugeot pour une durée de 50 ans.

Mahindra "confirme" son "plan Performance 2020" de redressement et développement de Peugeot Motocycles qui passe par le lancement de sept nouveaux véhicules jusqu'en 2021, a ajouté le porte-parole. Ce plan présenté en 2018 comprend 47 millions d'euros d'investissements  et est axé sur la fabrication de scooters haut de gamme et de véhicules électriques ainsi qu'un retour sur le marché de la moto de moyenne cylindrée. Mahindra avait acquis 51 % des parts en 2015.

Peugeot Motocycles a été créé à la fin du XIXe siècle par le constructeur français. L'entreprise, dont les effectifs ont constamment diminué depuis quinze an restera sur ce site, a précisé Mahindra dans un communiqué.

PSA "reste en lien" avec la fabrication des deux-roues de marque Peugeot à Mandeure, qui "continue à faire partie de son écosystème", a précisé un porte-parole local du constructeur. PSA continuera à participer aux développements des véhicules au niveau technologique et du design, notamment par les collaborations avec son centre technique à Vélizy-Villacoublay (Yvelines), selon ce porte-parole.


Réserve et grande prudence de la part des élus


Dans un communiqué Denis Sommer et Frédéric Barbier, députés LREM du Doubs s'interrogent sur les conséquences de ce rachat. "Le groupe indien serait ainsi le seul actionnaire. Il ne faudrait pas que cela vienne sonner le glas du 2 et 3 roues français, puisque Peugeot Motocycles représente son unique filière.Et comment ne pas y voir également un nouveau désengagement de PSA vis-à-vis de notre territoire dans un contexte pourtant extrêmement favorable au constructeur automobile ?" expliquent les élus de la majorité présidentielle.

"Aussi malgré les garanties qui semblent accompagner ce projet sous la forme d’un partenariat avec PSA permettant le maintien du siège social et l’entreprise à Mandeure, des accords sur les supports techniques et le design ainsi que la possibilité pour Mahindra de conserver pendant 50 ans la marque Peugeot, nous émettons des réserves quant à l’intérêt de céder l’intégralité de cette industrie à une grande multinationale. Nous restons aussi extrêmement vigilants sur l’impact que cela pourrait avoir pour les salariés et notre bassin.
Nous avons d’ores et déjà pris contact avec la direction du site que nous rencontrerons prochainement et nous prenons immédiatement attache avec les organisations syndicales. Nous avons également demandé ce jour à Monsieur le Sous-Préfet l’instauration d’un suivi trimestriel sous autorité de l’Etat Français pour les deux prochaines années et ce dès la mise en force du changement d’actionnariat. Ce suivi associerait la direction, les organisations syndicales, les élus et son objectif serait de veiller à l’évolution de l’entreprise en termes d’activité, d’emploi, d’investissements, de respect des acquis sociaux etc. Il convient en effet de s’assurer que Mahindra a bien l'intention de préserver et de poursuivre le redressement et le développement du site de Mandeure qui, ne l'oublions pas, est le berceau historique du scooter en France"
conclut le communiqué. 

Pour Charles Demouge, président de la communauté d'agglomération du Pays de Montbéliard, il faudra être vigilant sur les emplois : « L’agglomération prend acte de ce transfert de capital qui place Mahindra comme seul propriétaire de Peugeot Motocycles. Deux points importants sont à souligner dans cette annonce pour le Pays de Montbéliard : l’engagement de Mahindra de continuer à produire à Mandeure et le maintien de la marque Peugeot durant 50 ans » commente Charles Demouge, Président de Pays de Montbéliard Agglomération.
« A ma connaissance, l’entreprise vient d’investir afin d’améliorer sa chaine de production à Mandeure. C’est un signe encourageant, qui montre que cette entreprise a encore de nombreux atouts. Nous serons particulièrement vigilants afin que les emplois locaux soient maintenus mais aussi la production sur place. Le groupe indien doit également continuer à s’impliquer sur Mandeure notamment dans le domaine de l’innovation » poursuit Charles Demouge. « Peugeot Motocycles fait partie de notre patrimoine industriel local, il est donc important de conserver son savoir-faire sur notre territoire » ajoute-t-il. 

Sur le même sujet

Accident mortel dans l'usine Verralia de Chalon

Les + Lus