PHOTOS. Ce photographe amateur transforme Montbéliard et ses alentours en paysages post-apocalyptiques

Yoann, photographe amateur installé à Valentigney, fait sensation sur la toile avec ses photographies post-apocalyptiques des endroits que les résidents du Pays de Montbéliard connaissent bien. Découverte.

La photographie n'est pas son métier mais force est de constater que ses talents pourraient lui permettre d'arrondir ses fins de mois. Yoann, 51 ans, est policier de métier mais arpente Montbéliard et les alentours pendant son temps libre, appareil photo en main, pour prendre des clichés qu'il pourra ensuite retravailler sur son ordinateur. Son style, c'est "le post-apocalyptique". 

Selon la définition de Wikipédia, "la science-fiction post-apocalyptique est un sous-genre de la science-fiction qui dépeint la vie après une catastrophe ayant détruit la civilisation : guerre nucléaire, collision avec une météorite, épidémie, crise économique ou de l'énergie, pandémie, invasion extraterrestre". Ce style est peu réjouissant mais effectivement très esthétique. 

"L’idée de ses photos m’est venue il y a un certain temps. Je m’étais souvent projeté en me demandant à quoi ressemblerait tel endroit s’il n’y avait plus personne, si la nature reprenait ses droits. On va dire que c’est le confinement qui m’a poussé à en faire quelque chose. On s’est retrouvé avec des villes vides et comme j'étais souvent dehors de par mon métier, ça m'a donné envie de tenter" nous explique ce véritable passionné qui prend plaisir à constater, avec un peu d'étonnement, que ses réalisations plaisent au plus grand nombre.

De la technique et de l'imagination

Yoann, minutieux, ne fait pas les choses au hasard. Il commence par choisir avec soin l'endroit qu'il va prendre en photo. Ensuite, un long travail de retouche photo débute. "Pour travailler la photo, il faut que la prise de vue soit convenable. Il y a deux choses à travailler pour le montage : la technique mais aussi l’imagination. Il faut réussir à projeter ce à quoi pourrait ressembler le lieu en mode post-apocalyptique". En effet, le niveau de détail et la créativité sont très importants dans les réalisations de l'autodidacte, qui travaille ses images sur de petits outils gratuits ou peu chers et non sur le célèbre logiciel professionnel Photoshop.

Ses oeuvres nécessitent entre 7 et 15h de travail en fonction de leur complexité. "J’ai un peu de mal à m’arrêter des fois", plaisante le fan de films de science fiction. Ce dernier a également réalisé des montages de lieux très touristiques comme la Tour Eiffel ou  encore le Sacré coeur à Paris. 

Je commence à avoir des propositions, c’est assez amusant. Des gens me demandent s’il est possible de faire ce travail de post apocalypse sur une photo de leur maison, ou de leur entreprise.

Yoann, photographe amateur

D'autres photos sont déjà prêtes et n'ont plus qu'à être publiées. D'ailleurs, Yoann a encore plein d'idées de lieux à transformer. "Par exemple, j'aimerais bien en réaliser une du stade Bonal. Je n’ai pas d’objectifs commerciaux, mais on m'a déjà proposé d'exposer. Il faut que j'y pense, je crois que ça me plairait" admet-il avec humilité.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
photographie art culture insolite confinement covid-19 société