Doubs : ses ponts-levis restaurés, le château de Joux rouvre au public après un an de travaux

Publié le Mis à jour le

Le château de Joux avait fermé ses portes au public l'été 2021. En délabrement, il avait besoin qu’on s’occupe de lui. Le 16 mai 2022, le château situé à la Cluse-et-Mijoux près de Pontarlier dévoilera ses transformations et ses nouveautés. En juillet et en août, une fois par semaine, un de ses ponts-levis rénové sera manipulé.

On le voit de loin, le château de Joux. Il a fière allure à la sortie de Pontarlier sur la route menant vers la Suisse. Sur son roc, il parait immuable. Pourtant, il a dû fermer… car il y avait danger. Les ponts ne pouvaient plus supporter le poids des voitures. Seuls les piétons pouvaient franchir les portes du château. Les pompiers ne pouvant plus accéder au site touristique en cas de problème, la fermeture était obligatoire.

Les pont-levis reposaient sur des étais. C’était une urgence de les réhabiliter.

Laurène Mansuy-Gibey, directrice du site

C’est par un pont Vauban que l’on accède au château de Joux. En face de nous, majestueuse, la porte d’honneur. Elle a retrouvé sa jeunesse. Elle a retrouvé ses couleurs d’origine grâce à un badigeon ocre retrouvé lors d’un premier nettoyage. Les architectes ont retrouvé l’éclat d’origine en remplaçant quelques pierres et en apposant sur les deux pieds de la porte le même badigeon.

Deux ponts-levis ont été rénovés. Les architectes du patrimoine les ont imaginés en bois et en métal, un assemblage essentiel pour les faire durer dans le temps. Le premier pont-levis franchi devant la porte d’honneur est un pont-levis à flèches et à chaînes. Avec son système de basculement, il se relève rapidement mais ses flèches en bois sont visibles de loin par l’ennemi. L’ennemi sait qu'à cet endroit, la structure de défense y est plus faible. Percée pour faire passer le mécanisme, le pont devient plus facilement franchissable.

Un peu plus haut, le second pont-levis restauré est une rareté. C’est le seul pont-levis restant à bielles pendantes en France. Il a été imaginé au XVIIIe siècle pour parer aux faiblesses du pont-levis à flèches. Les bielles passent sous le tablier et le remontent. Plus d’entailles dans la structure, un seul bloc de pierre et de bois accueillait alors l’ennemi. Ça a été un vrai défi technique pour les entreprises de le rénover.

Entre ces deux ponts-levis, un pont dormant a lui aussi été rénové. Ce pont était prévu à l’origine en bois pour être démonté rapidement en cas d’attaque. Aujourd’hui l’idée est de le rendre solide et durable. Dans ce chantier d'un peu plus d’un million d’euros, le château de Joux a été, pour la première fois, aidé par des financements privés. A raison de 260 000 euros. Entreprises, particuliers, Fondation du Patrimoine, Mission Patrimoine de Stéphane Bern. Une aide inestimable pour ce chantier d’envergure.

Une offre touristique étoffée

Grâce à la réfection des ponts-levis, durant l’été, il sera possible d’en voir fonctionner un tous les mercredis à 14 heures.

Une meilleure sécurisation du site permettra également des visites libres.

Des livrets jeux, des rallyes photos pour les plus jeunes, des jeux de pistes devraient finir d’attirer un public jeune, renouvelé et en plus grand nombre que les années précédentes. Avant le virus du covid-19, 45 000 visiteurs arpentaient les pavés du Château. Laurène Mansuy-Gibey compte bien les retrouver en cette nouvelle année touristique.

Des travaux encore en cours et d’autres à venir

La présence de la mérule dans le plancher de la cellule de Toussaint Louverture et de la cellule voisine a fait rapidement réagir l’équipe du château. Le sol a été démonté puis traité. Les travaux sont en cours et le seront encore à l’ouverture le 16 mai.

Toussaint Louverture initiateur de l'abolition de l’esclavage et de l'indépendance d'Haïti, première république noire est le prisonnier le plus célèbre de la forteresse du Doubs. Il a été au secret au château de Joux dans une cellule dont la fenêtre était presque entièrement murée en août 1802. Il est mort en 1803. 

Laurène Mansuy-Gibey a déjà en tête d’autres projets pour le château de Joux.

À partir de 2023, une nouvelle session de travaux débutera. Plus longue, car elle sera étalée sur 10 ans. Il s’agira de restaurer deux nouveaux espaces dans le château et d'y ouvrir trois musées.

L'un sera dédié aux forteresses et aux libertés avec les grandes étapes de construction, les grands prisonniers…

Un second sera un musée d’art et d’histoire militaire de 1917 à la Seconde Guerre mondiale.  On sait déjà que l’office de tourisme de Pontarlier a fait don de son importante collection au futur musée.

Le troisième musée sera consacré aux peintures d’art haïtien avec une gigantesque fresque narrative en 75 tableaux sur l’histoire d’Haïti de 1492 à 1992.

Beaucoup de projets pour le site donc et une offre étoffée qui devrait garantir un bel avenir au château de Joux.