Covid-19 : Le taux d'incidence continue d’augmenter en Bourgogne-Franche-Comté

Publié le
Écrit par Emilien Diaz

Le taux d’incidence atteint désormais les 2800 cas positifs pour 100 000 habitants en Bourgogne-Franche-Comté.

La situation épidémique continue de s’aggraver en Bourgogne Franche-Comté. Alors que la cinquième vague, conséquence de l’arrivée du variant Omicron en Europe, se poursuit, les chiffres traduisent toujours une augmentation significative des taux de contamination dans la région.  

2800 cas positifs pour 100 000 habitants

Dans son point hebdomadaire, l’agence régionale de santé (ARS) rapporte un taux d’incidence de 2800 cas positifs pour 100 000 habitants sur les sept derniers jours. Le taux de positivité des tests, lui, avoisine désormais les 30% avec une augmentation de 10 points sur la même période.  

C’est en Côte d’Or et dans le Doubs que le taux d’incidence est le plus élevé, avec respectivement 3229 et 3385 cas positifs pour 100 000 habitants sur la période allant du 11 au 17 janvier 2022. Des chiffres qui se traduisent aussi sur les taux d’admission à l’hôpital. Au total, 1148 patients sont actuellement pris en charge dans des établissements de santé des huit départements, avec un maximum en Côte d’Or, où 234 patients sont hospitalisés pour Covid-19, dont 46 en réanimation.  

Le taux d’incidence a dépassé les 2000 pour 100 000 habitants dans tous les départements de la région. la Haute-Saône, la Nièvre et le Jura sont les moins touchés au niveau des services de réanimation, avec respectivement 6, 3 et 8 patients pris en charge dans ces services.  

1,45 millions de doses de rappel

Dans son communiqué, l’ARS réaffirme une nouvelle fois l’importance de la vaccination pour lutter contre la propagation du virus. En Bourgogne-Franche Comté, la campagne de rappel continue de battre son plein avec 1,45 million de personnes qui ont reçu leur troisième injection.  

Depuis mars 2020, l’épidémie est responsable de 5 497 décès dans les établissements de santé de  Bourgogne-Franche-Comté ; 2 332 dans les établissements médico-sociaux.  

Vers un allégement des contraintes sanitaires

Malgré les plus de 500.000 contaminations ces dernières 24 heures, le gouvernement a annoncé jeudi soir la levée, courant février, de la plupart des restrictions prises pour freiner l'épidémie : fin du port du masque en extérieur et du télétravail obligatoire, réouverture des discothèques et retour des concerts debout.  A partir du 2 février, le port du masque ne sera plus obligatoire en extérieur, les jauges dans les lieux recevant du public abandonnées et le télétravail "ne sera plus obligatoire", mais recommandé.

Le pass vaccinal, succédant au pass sanitaire pour les personnes d'au moins 16 ans, entrera en vigueur à partir de lundi 24 janvier. Ce pass servira à accéder aux activités de loisirs, aux restaurants et débits de boisson, aux foires, séminaires et salons professionnels et aux transports publics interrégionaux.

Côté écoles, Jean Castex "envisage" un allègement du protocole sanitaire pour les établissements scolaires au retour des vacances de février, soit pas avant le 7 mars, date où tous les enfants (des trois zones) seront rentrés de vacances.