Hausse des prix du papier : la papeterie de Mandeure dans le Doubs s'attend à une augmentation qui va durer

Publié le Mis à jour le
Écrit par Vanessa Hirson

L'inflation perdure et le papier n'y échappe pas. En plus de la hausse des prix du gaz et de l’électricité, la papeterie de Mandeure (Doubs) doit faire face à la hausse des matières premières.

Dans cette papeterie, le colorant a augmenté de 30 à 40% et le papier entre 80 et 90%. Les raisons sont multiples. Le prix de l’énergie nécessaire à la fabrication du papier, a fortement augmenté mais pas que ça. « Il y a un manque de bois de feuillus lié à la crise en Ukraine et les demandes des clients ont augmenté après le Covid provoquant une tension sur l’approvisionnement et une hausse des prix » détaille Patrick Seigneur, le directeur de la papeterie de Mandeure.

Encombrement des bateaux

Autre facteur : la cellulose utilisée par cette entreprise pour fabriquer le papier vient d’Amérique latine, d’Amérique du nord et de l’Europe. Hors depuis quelques temps, l’acheminement de cette matière première est rendue compliqué à cause d’un encombrement de bateaux au large de Shangaï. « 300 bateaux sont congestionnés ce qui multiplie le temps d’expédition par deux voire par trois. Ainsi le délai de livraison est estimé entre 6 et 10 mois augmentant par conséquent le coût de revient et le prix de vente » ajoute Antoine Heinrich, le directeur commercial de la papeterie de Mandeure.  

Un nouveau marché 

Dans cette entreprise créée en 1871 et rachetée en 1990, 35 000 tonnes de papiers sont produits chaque année par une centaine de salariés. Ce papier est ensuite transformé en tickets de métro, en dossiers d’archives ou en emballages de luxe. A cela s’est ajouté un autre marché : celui des ustensiles et des pailles en papier ce qui ajoute des volumes de production à un marché déjà en tension.

Résultat : l’entreprise a dû revoir sa marge à la baisse. Elle a aussi répercuté la hausse de ses prix à ses clients. « Le prix du papier va encore augmenter » prévient Patrick Seigneur, le directeur de la papeterie. « On n’est pas inquiets mais on a une incertitude sur jusqu’à quand cela va durer ».

D’autres papeteries concernées par la hausse des prix

La papeterie Clairefontaine qui fabrique 26 millions de cahiers par an voit elle aussi le prix de l’énergie et de sa pâte à papier augmenter. Du coup, le prix des cahiers scolaires va augmenter à la rentrée prochaine. Le PDG, Guillaume Nusse, fait les comptes : un cahier lui coute désormais 45 % de plus à produire.