VIDÉO. Sur les traces de Paul-Émile Victor, grand explorateur franc-comtois amoureux des pôles et du Grand Nord

durée de la vidéo : 00h04mn52s
Sur les traces de Paul-Emile Victor ©France télévisions

Nous partons sur les traces de l'explorateur Franc-comtois Paul-Émile Victor. Amoureux des pôles et du Grand Nord, l'écrivain et scientifique a toujours vu un parallèle entre le Jura et ses terres explorées.

Il figure sans aucun doute parmi les plus grands explorateurs polaires que la planète ait connus. Paul-Emile Victor, né en Suisse 1907 avant de passer son enfance dans le Jura, dédie sa vie aux pôles. Entre le nord et le sud, le Franc-Comtois n’oubliera jamais sa terre natale, aujourd’hui encore marquée par son aura.

"Il s’est adapté à la même vie que celle des esquimaux"

"Il avait beaucoup de vocabulaire pour nous faire comprendre ce qu’était le Groenland, sa mission, ce qu’il avait voulu découvrir et apprendre. Le tout pour nous faire passer des messages. Il nous expliquait sa vie, sa vision du monde, avec un ton qui fait qu’on ne pouvait pas ne pas l’écouter. Ça vous pénétrait" se souvient Bernard Arbez, connaissance de Paul-Émile Victor, au micro de notre journaliste Fleur de Boer.

"Un jour, je lui ai dit "écoutez Mr Victor… " Il m’a dit "Quoi ? Tu te fous de ma gueule ? Appelle-moi PEV, sinon je fous plus les pieds chez toi".

Bernard Arbez, connaissance de Paul-Emile Victor

"Mon père avait un hôtel avec une location de ski. Il a équipé Paul-Émile Victor et il l’a emmené au sommet de la Dole en lui mettant des peaux de phoques" se remémore Bernard Arbez. "Il a fallu qu’il soit fort pour vivre une année là-bas, dans ces conditions. Il s’est adapté à la même vie que celle des esquimaux".

Avec le recul, je me dis quand même que c’est une image qui a marqué notre vie. C’est un monsieur qui n’était pas ordinaire. Il était tellement plus que ça. C’est Paul-Émile Victor."

Bernard Arbez, connaissance de Paul-Emile Victor. 

"Et ça, il le racontait avec de l’humilité. Il y a des gens qui peuvent le faire comme ça, mais avec le ton de sa voix" déclare Bernard Arbez, très ému. "Cette voix… Celle de Paul-Émile Victor, c’est comme celle de Pavarotti en chant : on est séduit tout de suite et le vocabulaire vous pénètre avec facilité".

Un musée en l'honneur de Paul-Émile Victor

En 1986, celui qu’on appelait "PEV" est à la veille de sa retraite. À l’origine des explorations polaires françaises, il est désormais très médiatisé et reviendra bientôt s’inscrire dans le paysage jurassien.

"Lui, c'était un explorateur polaire qui a organisé ensuite des expéditions, aussi bien au nord qu’au sud, alors que moi, j'étais un aventurier qui est allé, sur un coup de cœur, chez les Lapons" raconte Pierre Marc, aventurier et créateur de la Vallée des rennes et du Centre Polaire Paul-Émile Victor à Prémanon, et ami de l'explorateur. "Grâce à ça, j'ai ensuite créé la Vallée des rennes, et il y avait déjà un petit air de grand nord qui flottait sur le village".

"Et un jour, Paul-Émile Victor a tendu l’oreille et a commencé à s’intéresser à la question. Parce que c’était dans le Haut-Jura et que ça parlait de Grand Nord" continue Pierre Marc. "La première fête polaire, organisée en son honneur en 1977, a vu Paul-Émile Victor venir à la Vallée des rennes, à Prémanon, pour revivre ses émotions qu’il avait peut-être perdues suite à ses aventures dans le grand nord."

"Je voudrais que l’on sache que je suis Jurassien, Franc-Comtois, que je suis de Lons-le-Saunier, mais que je considère que mes racines et mon cœur sont plutôt ici dans le Haut-Jura"

Paul-Emile Victor lors d'interviews

L’humaniste scientifique lègue son matériel à son ami Pierre Marc, et participe à la création d’un musée sur les pôles. "Le musée polaire qui a suivi a marqué le village de Prémanon, et cela encore aujourd’hui. Il y a eu un développement de ce musée qui prouve que Paul-Émile Victor n’est pas oublié, souligne Pierre Marc. Ce n’était pas un grand monsieur qui se prenait pour ce qu’il n'était pas. Parce qu’en fait, c'était un grand monsieur".