• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Haute-Saône : il transmet sa passion de la pêche aux filets

Jacky et son frère transmettent à ses petits-enfants la passion de la pêche aux filets / © France 3 Franche-Comté
Jacky et son frère transmettent à ses petits-enfants la passion de la pêche aux filets / © France 3 Franche-Comté

À Soing, petit village de Haute-Saône, les anciens transmettent la tradition de la pêche au filets aux enfants. Une tradition ancestrale, menée du soir au matin et qui tend à disparaître avec le vieillissement de ses pratiquants 

 

Par Franck Menestret

Ils se sont donnés rendez-vous en fin de journée. Au moment où la rivière s’apaise, à l’instant où les bateaux de plaisance s’immobilisent et où le soleil commence à disparaître. « Ils » se sont une poignée de pêcheurs amateurs aux filets.
Ils se sont regroupés ce jour là autour de Jacky, 66 ans, de Marcel son frère, de Jules et Maxime leurs petits enfants. Au total les trois pêcheurs vont tendre neuf filets.


Soing, capitale de la pêche


La pêche aux filets est très réglementée : elle est possible seulement les lundi, mercredi et vendredi. Avec une limitation du nombre de carnassiers pêchés. Au maximum trois par pêcheurs et pas plus de deux d’une espèce identique.
Soing est considéré comme « la capitale » de la pêche aux filets. Sur 21 pêcheurs amateurs recensés dans le département, neuf résident sur la commune de Soing-Cubry-Charentenay.

 ​​​​​​​
Les gens de l’été : une journée avec les spécialistes de la pêche aux filets
Intervenants : Marcel Chevalier - Pêcheur amateur "Aux instruments", Christophe Jacquemard - Pêcheur amateur "Aux instruments", Jean Gousserey - Président de l'association "La maille Haut-Saônoise". Un reportage de : MENESTRET Franck, MARTIN David, BASCHUNG Marie et CHEVALLIER Stéphanie.


Après une grosse heure passée à déposer les filets dans la rivière, Jules et Maxime, les petits enfants vont avoir le droit à un peu de sommeil. Mais la nuit sera courte. Au lever du jour la petite troupe se retrouve pour remonter les filets.
Lumière magique, brume sur la rivière, l’endroit est féerique. Dans le calme du petit matin, quelques poissons sont sortis de l’eau.


Une transmission indispensable 


Brême, barbeau, sillure et sandre. Seulement sept poissons pour neuf filets déposés toute la nuit. Mais là n’est pas le plus important car ces pêcheurs là ne cherchent pas la quantité. Un seul sandre suffit à réjouir la petite troupe qui ne pêche que pour le plaisir.
L’honneur est sauf avec ce beau carnassier, et chaque sortie renforce un peu plus la pratique de cette passion dans la tête des enfants. Une transmission nécessaire pour faire perdurer cette tradition en Haute-Saône, une tradition qui a vu en 10 ans passer le nombre de pratiquants, de 70 à 21 !
 

Sur le même sujet

Vacances studieuses sur les traces du patrimoine bisontin

Les + Lus