Haute-Saône : un mineur de 16 ans interpellé pour appel au terrorisme sur internet après la mort de Samuel Paty

Dimanche matin, vers 7h30, un jeune lycéen de 16 ans a été interpellé chez ses parents à Lure, en Haute-Saône. Les enquêteurs de la gendarmerie de la brigade numérique de Belfort ont découvert des propos appelant au terrorisme postés par le Haut-Saônois, après la mort du professeur Samuel Paty. 
 

Emmanuel Dupic, le Procureur de la République de la Haute-Saône
Emmanuel Dupic, le Procureur de la République de la Haute-Saône © Frédéric Buridant
C’est un jeune homme inconnu de la justice que les gendarmes sont venus interpeller au domicile de ses parents dimanche matin à Lure, en Haute-Saône. Il a posté le 20 octobre dernier, quelques jours après l’assassinat de Samuel Paty, ce message sur un réseau social :

Quelconque mécréant souhaitant salir l’Islam, mérite de subir le même sort que Mr Paty, Allahua Akbar. 

Des propos remarqués par les enquêteurs numériques de la gendarmerie basés à Belfort qui très vite localiseront l’auteur avec l'adresse IP de l'ordinateur. Le parquet de Vesoul a donc été saisi de l’affaire et l’enquête a été confiée à la section de recherche de la gendarmerie de Besançon avec l’aide de la brigade de recherche de Lure.

Les enquêteurs vont s'intéresser au niveau de radicalisation du jeune homme

L’auteur des propos est âgé de 16 ans, il est scolarisé et est inconnu de la justice, nous précise le procureur de la république de Haute-Saône, Emmanuel Dupic. Il est en garde à vue à la gendarmerie de Lure et sera présenté mardi matin au juge d’instruction au tribunal judiciaire de Vesoul. Une information judicaire a été ouverte pour apologie du terrorisme et provocation à des actes terroristes. Pour ces faits, les peines encourues sont de 5 et 7 ans de prison. 

Les enquêteurs vont également exploiter les échanges du jeune homme et essayer de découvrir s'il y avait d'autres partcipants dans de possibles discussions. Autre aspect important du dossier, les gendarmes vont essayer de déterminer le niveau de radicalisation de l'individu. 

C'est une première en Haute-Saône, comme nous l'a rappelé le Procureur, qui précise que tous les moyens judiciaires seront mis en place pour lutter contre ce genre de propos et menaces. 

Une condamnation à Besançon

Une étudiante en biologie de Besançon a été interpellée jeudi 22 octobre, par les gendarmes après avoir publié un commentaire sur les réseaux sociaux, concernant l'assassinat du professeur Samuel Paty. "Cette mort est méritée" avait-elle écrit, sous sa vraie identité, en commentaire d'un article de presse concernant l'hommage au professeur de Conflans-Sainte-Honorine, publié par nos confrères de l'Est Républicain. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
internet économie terrorisme faits divers justice société