Logements et commerces vacants à visiter : en Haute-Saône, la ville de Lure lance une grande opération séduction

"Osez Lure" : le 25 septembre 2021, la vile de Lure ouvrira les portes de l'ensemble des biens immobiliers à vendre. Appartements, maisons, locaux commerciaux. Objectif : attirer de nouveaux habitants, et redonner un coup de fouet à l'économie locale.

C'est une première dans la ville du sapeur Camember, personnage de la bande dessinée française. Une opération qui vise à encourager d'éventuels investisseurs à acquérir un bien immobilier.

Le 25 septembre est prévue une visite de l'ensemble des biens à vendre. Il y aura également un village habitat avec des professionnels du bâtiment, et un point info pour récupérer de précieux conseils sur les aides possibles.

Une opération menée par la ville de Lure qui a vu sa démographie passer de 8.423 habitants en 2012 à 8.131 en 2018 au dernier recensement. Soit près de 300 habitants en moins en six ans.

Pour Virginie Luthringer, conseillère municipale, c'est énorme, et la ville doit réagir. En 2019, l'élue avait déjà dans son cadre professionnel, organisé les opérations "osez Jussey" en 2019 et "osez Jussey, Faverney, Amance" en 2020 avec les mêmes objectifs. A  savoir remplir les locaux vacants. Ces opérations avaient été des succès. L'élue a donc adapté l'idée à la ville de Lure.

 

Pourquoi tant de logements vides ?

Les dernier chiffres de l'INSEE indiquent que 10 % des logements lurons sont vacants (474 logements vacants sur 4.426).

Concernant les locaux professionnels 31 sont disponibles, ce qui représente un taux de locaux vacants de 16%.

L'élue explique que le vieillissement de la population et le manque d'attractivité de la ville pourrait expliquer la situation. Mais des actions sont mises en place pour redynamiser la ville,  comme la construction programmée d'un troisième gymnase pour les lycées, collège et écoles, ou le développement d'une base nautique et de loisirs.

Pour Michel Antony, président du comité de vigilance pour le maintien des services publics de proximité, il ne faut pas parler de désertification. "Il faut rester positif, car il y a des activités, des initiatives et des gens qui résistent" dit-il.

C'est pour lui  la "casse des services publics" qui explique en partie la vacance de nombreux locaux. En quelques années, la ville a perdu sa prison, son premier régiment de dragons, ses services au public à la sous-préfecture et surtout de nombreux services hospitaliers. 

"La disparition de nombreuses installations hospitalières a été une catastrophe pour la ville, et c'est logique compte-tenu de sa population vieillissante."

Michel Antony, Président du comité de vigilance pour le maintien des services publics de proximité.

Rester positif

Pour Virginie Luthringer, organisatrice de l'évenement "osez Lure" les choses vont s'arranger. "Nous allons proposer 5 locaux commerciaux idéalement situés au centre ville" argumente-t-elle. 

"On a bon espoir que les choses s'arrangent. Avec la nouvelle route à 2x2 voies, nous sommes à 30 minutes de Montbéliard, 35 minutes de Belfort, et seulement 50 minutes de Mulhouse, alors ça devrait nous aider"

Virginie Luthringer, conseillère municipale

 

L'évènement  "osez Lure" a bénéficié d'une campagne de publicité sur les départements voisins de Franche-Comté mais aussi d'Alsace.

Concernant l'opération, Michel Antony trouve louable l'initiative municipale et pense qu'il faut aller encore plus loin. Pour le président du comité de défense des sevices publics, il faut investir encore davantage, rénover la rue principale, installer des bancs, aménager des zones piétonnes. "La ville ne souffre pas trop de manque d'emplois grâce aux trois grandes entreprises locales Faurecia, Parisot et Vétoquinol, alors il serait dommage de ne pas en profiter" conclut-il.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
immobilier économie société