Pour Thibaut Pinot, le Tour des Alpes comme révélateur avant d'espérer plus haut avec le Giro

Pas encore complètement remis de ses problèmes de dos, le champion comtois conditionne sa participation au Tour d'Italie, en mai prochain, au retour de bonnes sensations sur ce Tour des Alpes qui débute ce lundi. Cinq étapes capitales pour sa préparation.

Le Tour des Alpes, de retour avec ses étapes courtes mais intenses après une édition 2020 annulée en raison de la pandémie de coronavius, constitue cette semaine un test pour Chris Froome et Thibaut Pinot, vainqueur de l'épreuve il y a trois ans. 

Le britannique, quadruple vainqueur du Tour de France qui, à 35 ans, n'a pas renoncé à ses rêves de grandeur sur la Grande boucle, veut passer à la vitesse supérieure, après des débuts discrets avec sa nouvelle équipe Israël SN. 

Depuis sa grave blessure en 2019, "Froomey" court après la forme. Et le début d'année 2021, avec des résultats décevants sur l'EUA Tour (47e) et le Tour de Catalogne (81e), montre que le chemin est encore long pour espérer jouer à nouveau les premiers rôles.

"Je continue à voir des progrès, je me sens de mieux en mieux", a assuré dimanche le Britannique en conférence de presse. 
 

Les cinq étapes, de lundi à vendredi, vont aussi être un test pour Thibaut Pinot, qui se remet de ses problèmes de dos. 
 

"Au niveau du dos, je suis toujours en phase de récupération même si je suis optimiste pour la suite. La vraie réponse, ce sera la course", a déclaré vendredi, lors d'un point-presse, le leader de l'équipe Groupama-FDJ.

Et quelle course. Le Tour des Alpes, c'est LE rendez-vous du printemps pour les coureurs alignés ensuite sur le Giro (du 8 au 30 Mai). Une course montagneuse de cinq étapes dans la région frontalière du nord de l'Italie et de l'Autriche, qu'il a gagnée en 2018.

Pinot a déjà repéré l'étape décisive, la 4e, jeudi entre Naturno et Pieve di Bono: "Elle sera cruciale, non seulement c'est la plus longue mais aussi celle avec le dénivelé le plus important. Et l'ultime ascension, à quelques kilomètres de l'arrivée, est aussi la plus difficile de toute la semaine". 


L'occasion de voir si le Français peut tenter de se mêler à une lutte dont les favoris sont le tenant du titre Pavel Sivakov (Ineos), Aleksandr Vlasov (Astana), deuxième de Paris-Nice en mars, Simon Yates (Bikeexchange), Romain Bardet (DSM) ou encore Nairo Quintana (Arkea). Vincenzo Nibali, deux fois vainqueur, a lui dû renoncer après sa fracture au poignet la semaine dernière.
 

Je ne pense pas au résultat. Je saurai très vite si je peux faire quelque chose, ce sont des étapes dures. Le Tour des Alpes est l'une des plus belles courses par étapes de la saison, une course magnifique. C'est en gros la préparation générale avant le Giro, comme le Dauphiné l'est avant le Tour de France.

Thibaut Pinot

"Je n'irai au Giro que si je suis à 100 %", a ajouté le Franc-Comtois. "Le Giro est l'épreuve la plus difficile, je n'ai pas envie de revivre ce que j'ai vécu au Tour de France et à la Vuelta".

Depuis sa chute dans la première étape du Tour de France fin août à Nice, le Français, qui est âgé de 30 ans, souffre du dos (os sacrum et iliaque fissurés).

"On a travaillé la position, on a changé les semelles, on a fait pas mal de boulot", a détaillé Pinot à propos des dernières semaines. Mais, a-t-il souligné, "à l'entraînement, c'est presque impossible de stimuler le corps comme dans une course. Il y a des choses qu'on n'arrive pas à mettre en place. C'est pour cela que je reste prudent".
    

Le héros du Tour 2019, qui pouvait encore entrevoir la victoire à trois jours de l'arrivée, a annoncé vouloir faire "le bilan après le Tour des Alpes". "On a plusieurs plans pour la suite de la saison", a-t-il ajouté tout en excluant "à 99%" de participer au Tour de France cette année.

Depuis le début de l'année, Pinot compte 12 jours de course à son bilan. Tirreno-Adriatico, conclu le 16 mars dans un relatif anonymat (15e du contre-la-montre, 43e au classement général), est sa dernière compétition.

"Après Tirreno, je suis tombé malade, j'ai chopé une bonne bronchite. J'ai été un peu KO pendant une semaine. Ensuite, je me suis entraîné à la maison, tout seul. Je ne suis pas parti en stage pour profiter des soins, le kiné, le podologue... Mais j'ai pu bien m'entraîner", a estimé le Français.                   

"C'est sans doute la blessure la plus importante de ma carrière. Je suis impatientd'aller mieux, de retrouver mon niveau. Si j'ai réussi à peser sur les courses,ça sera une victoire pour moi, cette saison. Je ne fais pas du vélo pour être àce niveau dans les classements", a conclu Pinot.

La première étape, lundi, emmènera les coureurs de Bressanone, en Italie, à Innsbruck,en Autriche, sur 140 kilomètres.

Les 5 étapes:
    Lundi: 1re étape entre Bressanone (Italie) et Innsbruck (Autriche), sur 140,6 km
    Mardi: 2e étape entre Innsbruck et Feichten-im-Kaunertal  (Autriche), sur 121,5 km
    Mercredi: 3e étape entre Imst (Autriche) et Naturno (Italie), sur 162 km
    Jeudi: 4e étape entre Naturno et Pieve di Bono (Italie), sur 168,6 km 
    Vendredi: 5e et dernière étape entre Valle del Chiese (Italie) et Riva del Garda (Italie), sur 120,9 km
 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cyclisme sur route cyclisme sport