Vesoul : deux hommes condamnés, ils avaient importé une plante considérée comme drogue

© R. Koenig - maxPPP
© R. Koenig - maxPPP

L'ayahuasca est considérée comme médicinale en Amérique du sud mais comme une drogue en France. Les deux hommes ont été condamnés à Vesoul (Haute-Saône) à de la prison ferme. 

Par AFP

Un chaman péruvien et un Français ont été condamnés à deux mois de prison ferme avoir importé de l'ayahuasca, considérée comme médicinale en Amérique du sud mais comme une drogue en France, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

Le chaman de 58 ans et le Français de 43 ans ont été condamnés mercredi par le tribunal correctionnel de Vesoul à une peine de douze mois de prison, dont dix mois avec sursis, a précisé la même source.


Il transportait de la drogue en bouteille


Ils ont été interpellés en voiture par les douanes à Saint-Saveur (Haute-Saône), le 6 octobre 2016, en possession de cinq bouteilles contenant de l'ayahuasca. Quatre autres bouteilles ont été retrouvées chez le conducteur, domicilié en Haute-Saône. Le montant total de la marchandise prohibée a été évalué à environ 3.000 euros.

Le jour de l'interpellation, le chaman devait présider une cérémonie dans les Vosges, organisée par le Français, en présence d'environ vingt-cinq personnes désireuses de tester les effets de la plante.


C'est quoi cet ayahuasca ? 


L'ayahuasca est une boisson à base de lianes, consommée traditionnellement par les chamans des tribus indiennes en Amérique du sud.

"La plante guérit, car l'âme humaine est malade. Je veux aider les gens à se libérer", a expliqué le chaman, fort de ses 36 ans d'expérience dans ce domaine.

Les consommateurs cherchent à se "retrouver face à eux-mêmes", en perdant leurs repères et la notion du temps, a-t-il dit. Ils décrivent "des visions et des hallucinations" leur permettant d'entrer en transe. Or l'ayahuasca est assimilé à un produit stupéfiant en France, provoquant notamment vomissements, diarrhées ou troubles de la pression artérielle, voire le décès du consommateur.

Le procureur avait requis une peine de douze mois de prison dont dix avec sursis pour le chaman péruvien et de 18 mois de prison dont seize avec sursis pour le Français.

Sur le même sujet

Les + Lus