JO 2018 : cibles mouvantes

Martin Fourcade au tir lors du 15 kilomètres mass start à PyeongChang. Photo : Wang Haofei Xinhua News Agency/Newscom/MaxPPP
Martin Fourcade au tir lors du 15 kilomètres mass start à PyeongChang. Photo : Wang Haofei Xinhua News Agency/Newscom/MaxPPP

En biathlon les chiffres 115 et 45 sont importants... Pour tout le monde, y compris pour Martin Fourcade le nouveau champion olympique en biathlon mass start. Ils déterminent le diamètre, en millimètres, des cibles à abattre. Mais comment modifie t-on ces cibles ? Explications.

Par Franck Menestret

Lorsqu'ils tirent en position couchée, les biathlètes sont beaucoup plus stables qu'en position debout. Terminé les jambes qui tremblent;  les coudes solidement ancrés sur le sol le biathlète gère beaucoup mieux ses apnées et son immobilisme. Mais s'il y a des avantages, il y a aussi des inconvénients : la cible -ce fameux rond noir qui devient blanc s'il est touché-  est toute petite en tir couché. Elle ne fait que 45 mm de diamètre contre 115 mm au tir debout. Et c'est un simple mécanisme de peigne coulissant qui permet de modifier les cibles. Démonstration et explications de Franck Badiou, responsable du tir pour l'équipe de France de biathlon.

"Cibles mouvantes"
Franck Badiou entraîneur du tir pour l'équipe de France de biathlon, nous explique comment fonctionne une cible de biathlon. Propos recueillis par Franck Menestret. - menestret

 

Sur le même sujet

Prévention de l'obésité dans l'Yonne

Les + Lus