• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Champagnole : la ligne d'urgence du SMUR restera fermée la nuit prochaine

© Lionel Vadam - maxPPP
© Lionel Vadam - maxPPP

Dans le Jura, le malaise des urgences se poursuit. Ce mardi 4 juin, il n'y aura pas d'équipe de nuit assurant le SMUR à Champagnole. Elus et médecins ont été alertés. 

Par Sophie Courageot

Le comité de défense de l'hôpital de Saint-Claude a sonné l'alerte par courrier auprès des élus du Haut-Jura et bassin de Champagnole.  "Le SMUR de Champagnole est fermé en raison de l’absence du médecin urgentiste.  Les consultations non programmées ne sont assurées que par une infirmière, seule dans le service des urgences. Il n’y aura pas de SMUR jusqu’à nouvel ordre la nuit à Champagnole. Le personnel de Champagnole a été réquisitionné à l’hôpital de Lons-le-Saunier " indique le CODESHO. L'équipe du Smur devait être composée cette nuit d'un médecin, d'un infirmier, d'un ambulancier. 

Résultats des patients qui devront faire des kilomètres en plus la nuit prochaine en cas d'urgences médicales. Les équipes du SMUR de Lons en pleine crise depuis une semaine devront elles prendre la route pour monter chercher les malades sur Champagnole. 

"La situation de Champagnole et de toute sa région est inquiétante et pour le moins dangereuse pour la population" indique le Codesho. Michèle Vincent ophtamotologue à Champagnole s'inquiète des ces fermetures régulières des urgences à Champagnole. "Ce matin, j'avais une vraie urgence ophtalmique, je n'ai pas pu diriger mon patient vers Champagnole" explique t-elle. "On rentre dans la période d'été avec les touristes, comment va-t-on faire si les petites urgences ne sont plus assurées dans notre secteur" se questionne-t-elle. 

A Lons-le-Saunier, depuis mardi dernier, de nombreux soignants et personnels paramédicaux se sont mis en arrêt maladie au service des urgence. Ils se disent épuisés. C'est la fermeture d'une ligne 2 de SMUR de Lons la nuit faute de personnels non remplacés qui est à l'origine du mouvement dans la cité lédonienne. La direction refuse selon eux de payer en heures supplémentaires les personnels qui seraient prêts à venir en renfort pour épauler leurs collègues. 
 
Le weekend dernier, "des mesures de réquisition de personnels ont dû être prises par le préfet", indiquait la semaine dernière l'Agence régionale de santé (ARS) de Bourgogne-Franche-Comté.

Ce mardi 4 juin, trois médecins réquisitionnés assurent les urgences de jour à Lons-Le-Saunier. "Je ne sais pas si nous seront au complet cette nuit" indique Eric Loupiac, médecin urgentiste et délégué jurassien de l’association des médecins urgentistes de France (Amuf). "Fermer la ligne de Smur à Champagnole c'est demander aux malades de faire de la route en plus, c'est une nouvelle fois au détriment de la population" déplore-t-il. Selon Eric Loupiac, la fermeture de Champagnole ne durerait q'une nuit pas plus. 

"On est en train de tourner la page du service public hospitalier" déplore Yves Duffait, autre médecin urgentiste dans le Jura. Le 6 juin, le collectif inter-urgences doit se réunir pour manifester à Paris. Le mouvement de grève aux urgences dure depuis plus de deux mois et ne faiblit pas, signe d'un profond malaise. La ministre de la santé Agnès Buzin a expliqué la semaine dernière qu'il n'y avait "pas de solution miracle tant que nous n'avons pas plus d'urgentistes formés dans notre pays", tout en demandant "un effort considérable dans les hôpitaux pour mieux organiser les urgences".




 

Sur le même sujet

Vacances studieuses sur les traces du patrimoine bisontin

Les + Lus