Agriculture : pluies et orages ralentissent les moissons et la récolte des foins dans le Jura

Les pluies et les orages ont freiné les moissons de blés dans le Jura. En altitude, dans le Haut-Jura, la récolte des foins n'a toujours pas débuté alors qu'il y a un an elle était terminée. Inquiets, les agriculteurs espèrent un retour rapide des beaux jours.
Les blés sont arrivés à maturité dans le Jura. Les agriculteurs scrutent la météo des prochains jours espérant pouvoir mettre en route leur moissoneuses batteuses.
Les blés sont arrivés à maturité dans le Jura. Les agriculteurs scrutent la météo des prochains jours espérant pouvoir mettre en route leur moissoneuses batteuses. © Hugues Perret - France Télévisions

Dans le Haut-Jura, la fauche des foins n'a pas encore débuté. Elle est même littéralement tombée à l'eau. Les importantes précipitations mettent en péril la récolte des fourrages. Plus bas, sur les premiers et seconds plateaux jurassiens, 50 à 60 % des surfaces de foins sont récoltés. Le reste est mis en attente. "L'herbe est collée avec l'eau, elle est toute jaune, elle commence même à pourir", déplore Jean-Baptiste Alpy, éleveur de bovins à Billecul (Jura). Il faut cinq jours de beau temps pour obtenir un foin de bonne qualité. Un créneau difficile à trouver depuis le début du mois de juillet.

Une baisse de la qualité nutritionnelle des fourrages

Les agriculteurs font face à une baisse des récoltes en quantité mais surtout en qualité nutritionnelle."On aura du fourrage pour faire de l'encombrement dans la panse des animaux mais il faudra compenser et compléter pour leur apporter la valeur nutritive qui assurera une production de lait et de viande correcte", explique Jean-Baptiste Alpy. 

En plein mois de juillet, la saison des foins est totalement perturbée par la météo et l'éleveur de bovins Jean-Baptiste Alpy, installé près de Nozeroy dans le Jura, désespère.
En plein mois de juillet, la saison des foins est totalement perturbée par la météo et l'éleveur de bovins Jean-Baptiste Alpy, installé près de Nozeroy dans le Jura, désespère. © Hugues Perret - France Télévisions

Le blé risque de germer sur pied

Dans la plaine jurassienne, en 2020, été de sécheresse, les moissons étaient terminées dès le 3 juillet. Au 13 juillet de cette année, les moissoneuses batteuses ne se sont toujours pas passées dans certains champs de céréales. Les cultures de colza et de blé pourtant arrivées à maturité ne sont pas encore récoltées. Si le blé n'est pas moissonné rapidement, il risque en partie de germer sur pied. Cette germination réduit la qualité panifiable du blé. "Si le beau temps arrive rapidement, il y aura peu de casse, mais si on doit encore attendre on s'inquiéte de la qualité et des quantités des futures récoltes" détaille François Lavrut, Président de la chambre d'agriculture du Jura.

Jura : les moissons et fauches de foin retardées par les pluies

Concernant les orges, ils sont aux trois quarts récoltés et pourront être tranformés en brasserie à temps. Quant aux récoltes des maïs, tournesol et soja, elles sont bonnes. Les agriculteurs scrutent désormais attentivement le ciel et espèrent environ 8 à 10 jours de soleil… Le temps de sécher les cultures pour démarrer les moissons.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie météo intempéries