Déserts médicaux : Quatre communes jurassiennes unissent leurs forces

Dans les environs de Cousance (Jura), le départ prochain de plusieurs médecins inquiète la population. Quatre maires ont décidé de regrouper leurs forces pour lutter contre la désertification médicale.

8000 personnes risquent de se retrouver avec une couverture médicale dégradée.
8000 personnes risquent de se retrouver avec une couverture médicale dégradée. © Jean-François FREY / MAXPPP

A Cousance, dans la grande rue, des plaques placardent le mur d’un bâtiment. Les habitants craignent de les voir disparaître. Car sur le secteur, seuls deux médecins généralistes assurent la couverture médicale d’un bassin de 5000 personnes. Deux médecins, puis bientôt un. En juin 2021, l’un d’eux partira pour devenir médecin-expert à Macornay. Celui qui reste a 72 ans, et devra prendre en charge les 1400 patients de son collègue, en plus de ses 1600 à lui : une mission impossible. Si le médecin de Cousance, en bonne forme, assure pouvoir continuer encore quelques années, beaucoup craignent son départ en retraite.

« Le pivot d’une offre médicale, ce sont bien les médecins généralistes », précise Christian Bretin, maire de Cousance (SE). L’édile fait part de son incompréhension, et vante l’offre médicale de qualité : deux kinésithérapeutes, deux ostéopathes, quatre infirmiers, un naturopathe, un dentiste et une pharmacie flambant neuve. Malgré la mise en place de la télémédecine, l’élu l’assure : les médecins généralistes sont un maillon essentiel à la commune ; les soins d’une résidence senior et d’une maison de retraite en dépendent aussi.

D’autant que la situation déjà compliquée risque de s’empirer. A Cuiseaux, commune voisine de Saône-et-Loire, les deux médecins généralistes ont déjà annoncé leur départ en septembre 2021. Dans cette perspective, 8000 personnes se retrouveraient avec une couverture médicale dégradée.

Destination rêvée

Trois autres maires ont rejoint Christian Bretin dans son combat pour attirer des médecins : Jean-Christophe Gay, élu de Digna, René Mocci, maire de Gizia et Renaud Poncelin, édile de Cuisia. Cinq autres ont accompagné cette démarche. Christian Bretin explique : « Il y a une forte mobilisation des élus. » L’objectif : construire un cabinet médical et offrir un logement aux médecins généralistes intéressés et à leur famille.

Jean-Christophe Gay s’efforce de mettre en avant les atouts de Cousance et de ses communes alentour. Le maire de Digna compte sur le coup de projecteur lancé sur le Jura l’été dernier. Proche de l’A39, à une vingtaine de minutes de Lons, et détenant une gare ferroviaire, Cousance possède de nombreuses qualités. Destination rêvée pour les vacances, mais aussi pour s’y installer. L’édile de Digna l’affirme : « Peut-être que peu de gens se rendent compte qu’il existe un besoin de médecins dans ces villes. Il faut se faire entendre pour trouver un médecin. » Des appels ont ainsi été lancés auprès de l’ARS et une fiche de poste a été envoyée dans les facs de médecine, notamment celle de Besançon.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société