Les donneurs de sang de moins en moins nombreux en Bourgogne-Franche-Comté : l’EFS lance un appel

Entre la troisième vague du covid et le retour des beaux jours, les dons du sang ont nettement baissé en Bourgogne-Franche-Comté en mars. L’Etablissement français du sang lance un appel aux dons.

Un don du sang au Musée des Beaux Arts à Dijon : cette année, l'EFS essaie d'organiser des collectes dans des lieux fermés au grand public en raison du covid
Un don du sang au Musée des Beaux Arts à Dijon : cette année, l'EFS essaie d'organiser des collectes dans des lieux fermés au grand public en raison du covid © EFS

“D’un côté, on a une baisse des dons, et de l’autre, une demande constante des hôpitaux”. Marina Ledoux, directrice adjointe de la communication de l’Etablissement français du sang (EFS) Bourgogne-Franche-Comté, ne s’en cache pas : les réserves de sangs de l’EFS dans la région sont en diminution. “Chaque semaine, on n’atteint pas nos objectifs. On est à 85%, et les stocks de sang s'amenuisent", explique-t-elle. 

Si les opérations commencent à être déprogrammées dans les hôpitaux de la région, en raison de la troisième vague, pour l’instant, la demande en sang n’y diminue pas. Or, les dons sont de moins en moins nombreux. En cause : le retour des beaux jours pourrait avoir une influence sur la fréquentation des établissements de dons. De nombreux donneurs se sont déplacés après l’appel lancé en février par l’EFS, mais ils ne peuvent pas donner à nouveau leur sang avant deux mois pour les hommes, et trois mois pour les femmes (à noter, ces délais sont plus courts lorsqu’il s’agit d’un don de plasma). Autre constat : les Francs-Comtois et les Bourguignons sont moins nombreux à tenter l’expérience pour la première fois. “On a eu -23% de nouveaux donneurs en 2020 par rapport à 2019, et là on suit la même tendance”, explique Marina Ledoux. Avec la pandémie, l’organisme de don du sang ne peut plus organiser autant d’événements de dons, en particulier sur les campus et dans les lycées, où les nouveaux donneurs étaient nombreux. “On fait moins de collectes événementielles”, constate-t-elle.

L’EFS appelle donc tous les volontaires à venir donner leur sang, dans l’une des maisons du sang de la région. Son site internet permet de prendre rendez-vous, mais aussi de remplir un premier questionnaire pour savoir si l’on peut donner son sang.

L’organisme précise que les collectes ont été adaptées à la crise sanitaire, et que les dons se font en toute sécurité. Après chaque don, les donneurs bénéficient d’une collation ou d’un repas. Autre précision utile : le don de sang fait partie des sorties autorisées pendant les confinements et couvre-feu.

Pour reconstituer les stocks au fur et à mesure de leur utilisation, l’EFS a besoin de 600 dons en Bourgogne-Franche-Comté. A l’approche du week-end de Pâques, ce sont autant de dons qui pourraient manquer, en plus du déficit actuel.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société