• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

En Haute-Saône, le Docteur Laine lance une pétition pour lutter contre la désertification médicale

F. Dupont
F. Dupont

Le Dr Laine, médecin de campagne cherche depuis 3 ans, un volontaire pour reprendre son cabinet. En vain. Au-delà de son cas personnel, le généraliste s'inquiète de la désertification médicale et propose une solution : que les jeunes médecins exercent un an en milieu rural à la fin de leur cursus. 

Par Aline Bilinski

Installé en Haute-Saône depuis 37 ans, le docteur Patrick Laine propose une solution à la Ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn et aux Présidents des groupes parlementaires pour lutter contre la désertification médicale en milieu rural. Il propose en effet de contraindre les jeunes médecins à exercer pendant un an à la campagne après avoir prêter serment. Une pétition est lancée sur internet depuis trois semaines. A ce jour, elle a recueilli plus de 1700 signatures auxquelles s'ajoutent 300 signatures papier. "Aujourd'hui, la liberté d'installation n'est plus compatible avec l'aménagement du territoire" clame Patrick Laine. Et d'ajouter qu'entre 2010 et 2018, 1 médecin sur 5 n'a pas été remplacé. Leur nombre diminue dangereusement estime-t-il.  

La pétition ne laisse pas indifférent et divise. Il y a ceux qui estiment qu'un an, ce n'est pas assez quand les opposants eux s'insurgent, et même insulte via le net, celui qui se considère comme un lanceur d'alerte. Le Conseil national de l'Ordre des médecins, a déjà fait savoir qu'il était contre une telle mesure.  ​​​​​​​
​​​​​​​
Patrick Laine, médecin de campagne et lanceur d'alerte
Le docteur Patrick Laine lance une pétition sur internet pour lutter contre la désertification médicale. Il propose que les jeunes médecins exercent un an en milieu rural à la sortie de leur cursus. Une proposition qu'il soumet à la Ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn. Reportage S. Bourgeot, E. Rivallain, F. Dupont et F. Le Moing. Montage X. Brandt.

Sur le même sujet

Charny-Orée-de-Puisaye : bilan trois ans après sa création

Les + Lus