Mort de Christian Larièpe, né à Montceau-les-Mines et ancien formateur à l'OM, Nantes ou Saint-Etienne

Il était une figure de l'ombre de plusieurs grands clubs français. Ancien formateur ou entraîneur de Saint-Etienne, Nantes ou encore Marseille, Christian Larièpe est décédé ce mardi 2 mai. Il était originaire de Montceau-les-Mines, en Saône-et-Loire.

Sa carrière dans le monde du football l’avait amené aux quatre coins de la France, de Marseille à Bordeaux, en passant par Nantes et Saint-Etienne. Il a même un temps travaillé en Russie, sans compter ses multiples voyages autour du globe, à la recherche de jeunes pépites du ballon rond. Natif de Montceau-les-Mines en Saône-et-Loire, Christian Larièpe, recruteur et formateur de nombreux grands clubs de Ligue 1, est décédé ce mardi 2 mai à l’âge de 63 ans.

Cette figure du football national, travailleur de l’ombre et spécialiste du continent africain et de l'Europe de l'est, a été victime d’une crise de paludisme après un séjour au Cameroun, où il s’était rendu afin de superviser des joueurs pour les Girondins de Bordeaux. Il travaillait pour le club depuis 2022.

Sur les réseaux sociaux, le président des Girondins saluent "un scout visionnaire". "Il était surtout un proche, dont la solidité de nos relations se mesurait à leur constance dans les bons moments comme les mauvais". Le club a rendu également hommage à son recruteur et présente ses condoléances à sa famille ainsi que ses proches.

Joueur du FC Montceau puis formateur à Louhans-Cuiseaux

Avant d’écumer les terrains d'Europe et d'Afrique, Christian Larièpe avait fait ses gammes dans sa Bourgogne natale. Défenseur, il évolue en troisième division française, dans le club de sa ville, Montceau-les-Mines. Mais à 21 ans, il se blesse gravement et doit stopper sa carrière de joueur.

Il reste dans le monde du football et se reconvertit en formateur, toujours en Bourgogne, notamment à l'US Blanzy au début des années 1980. Là-bas, il fait la rencontre de Guillaume Warmuz, alors âgé de 10 ans. Celui-ci deviendra gardien professionnel, passant par le RC Lens, Arsenal ou encore Dortmund.

"Il a pris les cadets dans lesquels j'évolué. Et au lieu de nous faire faire un entraînement par semaine comme tout les gamins, il nous a fait faire entraînement le lundi, le mardi, le mercredi et le vendredi. On est devenu champions de Bourgogne devant l'AJ Auxerre en jeunes", se souvient celui qui est depuis devenu aumonier. 

"Il ne se donnait pas de limite. Sa compétence première, c’était d’être un excellent formateur. A Blanzy, on est quand même sorti quatre professionnels !", ajoute le portier champion de France 1998 avec Lens.

Il était en avance sur le temps, il avait déjà créé la pré-formation. Il allait chercher les meilleurs du coin, il avait des méthodes d’entraînement modernes, il était très précurseur !

Guillaume Warmuz, ancien gardien

Mais la première aventure en professionnel pour Christian Larièpe, ce sera à Louhans-Cuiseaux dès 1984. Il a 26 ans et le club évolue en deuxième division. "C’est là-bas que j’ai fait mes gammes. D’abord avec les U17, puis sur le recrutement du centre de formation et adjoint de René Le Lamer avec les professionnels", raconte-t-il dans cet article de But Football Club.

En 1991, il devient entraîneur des U17 de l’AS Saint-Etienne puis responsable de l’équipe réserve, directeur du centre de formation et responsable du recrutement. Poste qu’il occupera jusqu’en 2000. Durant son passage, le club stéphanois formera et révélera des joueurs comme Grégory Coupet, Jérémie Janot ou encore Willy Sagnol.

Des missions à l'étranger

Après son aventure stéphanoise, Christian Larièpe s’envole pour la Suisse et occupe en 2000-2001 le poste de manager général du FC Lausanne. Sous sa houlette, le club construit son centre de formation. Mais le club fait faillite. Le natif de Montceau-les-Mines retrouve alors l’AS Saint-Etienne qui vient de descendre en Ligue 2 avant de s’envoler vers Marseille en 2003. "Là-bas, j’ai passé quatre années merveilleuses à diriger le centre de formation. L’OM, c’est quand même assez spécial au sujet des jeunes. J’ai vu passer des Samir Nasri et des André Ayew".

2007 et un départ vers un autre grand club du football français : le FC Nantes. Un club dans la tourmente et qui vient de descendre en Ligue 2. L’équipe parvient à revenir en première division après une année mais la saison 2008-2009 est compliquée. Christian Larièpe fait même l’interim sur le banc de touche après le limogeage de l’entraîneur principal. Au terme de plusieurs mois sous tension, il décide de quitter le club.  

En 2010, Christian Larièpe repart à l’étranger, pour une expérience en Russie, au Dynamo Moscou où il prend la direction du centre de formation. Il reviendra ensuite en France, notamment à Monaco puis dernièrement aux Girondins de Bordeaux.

"Il s'est donné le droit d'aller chez les professionels. Il a fait de la formation, du recrutement, il a été agent. Il avait envie de toucher à tout. C'était Christian ! C'était un type génial, un vrai amoureux du football, quelqu'un qui avait toujours une idée", conclut Guillaume Warmuz.

Christian Larièpe aurait dû partir au Sénégal dans quelques jours pour superviser de nouveaux joueurs.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité