Bourgogne : les températures printanières perturbent les animaux exotiques et les vignes

A Mâcon par exemple, une différence de presque 20 degrés a été observée en à peine plus d'une semaine. Des variations de températures qui dérangent le cycle biologique de certains animaux et font peser une menace sur les vignes.  

Pour les vignerons, des périodes de gel après la sortie des bourgeons seraient dévastatrices.
Pour les vignerons, des périodes de gel après la sortie des bourgeons seraient dévastatrices. © France Télévisions / Gabriele Porrometo

Cette année, le printemps est un grand prématuré en Bourgogne. Un mois avant sa date de naissance, il semble avoir mis le nez dehors, comme l'indiquent les hautes températures du week-end du 20 février dans la région. Le sujet peut paraître anecdotique mais ces températures printanières ont des conséquences pour les vignes et les animaux dits exotiques, surtout quand elles arrivent une semaine après des gelées. 

17 degrés ont été enregistrés samedi 20 février en Saône-et-Loire. Un climat doux qui bouleverse le cycle biologique des reptiles tropicaux comme les tortues géantes de Céline, éleveuse professionnelle. "Normalement la saison est propice à la ponte pour les femelles. En ce moment, elles ont arrêté leur ponte car elles sont sur un mode plus printanier avec notamment des moments de reproduction", explique la propriétaire de ces animaux.

Pour que les animaux subissent moins les variations de tempéture, l'éleveuse a installé "des zones tampons, ni chaude, ni froide, pour qu'ils puissent s'adapter au changement de température". Ces endroits ont servi aussi bien au moment de la vague de froid d'il y a quelques semaines, qu'aujourd'hui.

Si des épisodes de gel suivent, ils risqueront de compromettre la récolte, le gel peut être dévastateur pour les bourgeons.

Nathalie Bernard, vigneronne.

C'est que le changement a été abrupte. Alors qu'il faisait -5 degrés à Mâcon le 12 février, presque vingt degrès de plus doivent être comptés en une semaine. La hausse soudaine des températures inquiète les vignerons. "Si ces températures restent les mêmes pendant deux ou trois semaines, les bourgeons vont se réveiller. Les petites feuilles vertes sortiront et seront très fragiles. Mais si des épisodes de gel suivent, ils risqueront de compromettre la récolte, le gel peut leur être dévastateur", explique Nathalie Bernard, vigneronne de la Côte-d'Or.

Selon Météo France, le train de douceur va perdurer jusqu'à la fin du mois. Les thermomètres devraient afficher entre 18 et 19 degrés en milieu de semaine prochaine.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
météo prévisions météo