VIDÉOS. Au coeur de la mission AIGLE en Roumanie avec le 1er régiment d’artillerie de Belfort

Notre feuilleton de la semaine nous emmène en plein coeur de la Roumanie, au pied des Carpates. Depuis un an, après le début de la guerre en Ukraine, l’armée française s’y est établie aux côtés des autres forces de l’OTAN. 700 soldats français sont détachés sur place, parmi lesquels un contingent important de soldats du Territoire de Belfort. Guillaume, Ivens, Thibaut et Christophe font tous les 4 partie du 1er régiment d’artillerie. Nous les avons suivis pendant 4 jours. Récit.

Épisode 1 : Pourquoi les soldats du 1er RA sont en Roumanie 

Depuis un an, en réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, l’OTAN a décidé de renforcer sa présence sur le front Est de l’Europe, plus précisément en Roumanie, sur la base de Cincu, à 300 kilomètres de la frontière. Au total, 700 militaires français - dont une centaine du Territoire de Belfort - sont actuellement déployés sur ce théâtre avec un objectif : la dissuasion militaire. Autrement dit, la France doit montrer à ses potentiels ennemis qu’elle se tient prête  à réagir face à n’importe quelle menace. Dans cet épisode, nous avons suivi l’adjudant-chef Christophe et le lieutenant Thibaut, du 1er RA. Leur rôle : préparer l’exercice de tir prévu le lendemain par les artilleurs belfortains : c’est la mission « Eagle Griffin ». 

Épisode 2 : Que font-ils sur le théâtre roumain ? 

Pendant 4 à 5 mois, les militaires du 1er régiment d’artillerie de Belfort participent activement aux exercices menés par l’armée française en Roumanie. Aujourd’hui, c’est le grand jour pour la mission « Eagle Griffin ». L’objectif est simple : tester le matériel français des artilleurs, notamment les mortiers de 120 mm, comme celui du Maréchal des logis Ivens, 28 ans. Son rôle : superviser la coordination des équipes, s’assurer de la précision des tirs, et mener les échanges radio avec la base de Cincu. Au total en une journée, une centaine d’obus français sont tirés sur le théâtre, avec l’aide de l’armée roumaine, qui appuie cet exercice grâce à l’un de ses hélicoptères Puma.

Épisode 3 : Dans quelles conditions vivent-ils ?

Arrivée sur le théâtre Roumain il y a un an, l’armée française a dû faire face à un défi logistique de taille à Cincu : installer en seulement quelques mois une base pouvant abriter plus de 1000 personnes, dont 700 soldats, sur un terrain quasiment désert. Après des débuts compliqués, les conditions de vie des soldats, celles que nous avons pu constater, se sont considérablement améliorées avec le temps. Aujourd’hui, la base de Cincu ressemble à une fourmilière géante, très bien organisée. C’est ici que vivent les 100 Franc-Comtois du 1er RA. Ils ont de l’eau chaude, de l’électricité, une connexion internet, et vivent par 3 ou 4 dans des petites chambres chauffées, elles-même situées dans des baraquements en dur, tout droit venus de la mission Barkhane au Mali. 

Épisode 4 : Pourquoi se sont-ils engagés dans l'armée ?

Passer 4 ou 5 mois sur le terrain, loin de son régiment, c’est le quotidien  du soldat. Les missions à l’étranger - aussi appelées OPEX dans le jargon - sont indissociables de la carrière du militaire. Le capitaine Guillaume 30 ans, en a déjà vécu plusieurs au Niger et au Mali sur l’opération Barkhane. Dans cet épisode, il nous explique les raisons qui l’ont poussé à s’engager dans l’armée : le sens du devoir, du sacrifice par exemple. Comme l’adulant-chef Christophe, les soldats du 1er RA connaissent tous la part de risque qui entoure leur profession : en Roumanie, la situation peut basculer d’un jour à l’autre. La guerre en Ukraine n’est qu’à 300 kilomètres de leur base. Ils doivent se tenir prêts à toute éventualité. Le quotidien y est parfois difficile loin de leurs proches, de leurs épouses, de leurs enfants. Mais la plupart nous l’assurent, une fois rentrés en France, ils seront prêts à repartir. 

Un feuilleton signé Emilien Diaz, Rémy Poirot et Jérémie Vernerey avec Marie Loir, Marie Baschung et Vincent Grandemange