Belfort : Magnetto Automotive, l'équipementier automobile italien va créer 50 à 120 emplois

Magnetto Automotive une branche du CLN Group s'installe en Nord franche-Comté / © DR/France3BFC
Magnetto Automotive une branche du CLN Group s'installe en Nord franche-Comté / © DR/France3BFC

Magnetto Automotive, une branche de CLN group, s'installe en Nord Franche-Comté. Une bonne nouvelle pour l'emploi. L'équipementier automobile devrait créer 50 à 120 emplois à l'horizon 2021.

Par S.Poirier

C'est dans le bâtiment dit « des Ailettes » du Techn’Hom 5 situé à Belfort-Cravanche que Magnetto Automotive a finalement trouvé sa place après des mois de recherche, accompagné par l’Agence de Développement économique Nord Franche-Comté.

Equipementier automobile italien de rang mondial, spécialiste de l’emboutissage et du ferrage, CLN Group, fournisseur historique de Fiat, affiche depuis quelques années l’ambition de devenir l’un des acteurs de référence de l’emboutissage-ferrage en Europe au travers de sa branche Magnetto Automotive.

En 2017, avec le rachat d’Eurostamp, Magnetto Automotive se retrouve aux premiers rangs des fournisseurs de pièces de carrosserie des sites PSA en France.
Les 12000 mètres carrés loués par Magnetto Automotive en plein travaux / © DR/France3BFC
Les 12000 mètres carrés loués par Magnetto Automotive en plein travaux / © DR/France3BFC

Il était logique que le groupe se rapproche des usines d’assemblage de Sochaux et Mulhouse pour les opérations finales de ferrage.

Les prochains lancements de véhicules sur la période 2020/2022, tant en Nord Franche-Comté qu’en Sud Alsace, ont été l’opportunité de franchir le pas.

La société d’économie mixte TANDEM, en partenariat avec Grand Belfort, engage de 2,8 Millions d'euros de travaux d’aménagement pour les 12 000 m² de ces anciens locaux d'Alstom. Ils étaient vides depuis 2014 et désormais loués par Magnetto Automotive. Dès le mois de février 2020, 16 îlots de soudure robotisés seront installés.

Cette nouvelle unité de ferrage représentera un investissement global d’environ 10 millions d’euros.

Les premières pré-séries sont prévues au 1er semestre 2020 avec une montée en charge à l’automne. Selon la direction de l'entreprise, l’usine doit passer d’une cinquantaine de salariés au démarrage à 80 à l’horizon 2021 et selon les commandes du donneur d'ordre PSA, le nombre d'emploi pourrait atteindre 120.

Sur le même sujet

Les + Lus