Territoire de Belfort : Le groupe ESDI recrute 100 personnes en pleine crise sanitaire

Alors que la pandémie liée au covid-19 bouleverse l’économie, et les emplois, le groupe ESDI va à contre-courant et embauche dans le Territoire de Belfort.
 

© Thomas François

C’est une bonne nouvelle pour les Terrifortains. Dans ce département où le taux de chômage atteint 10,4% (3e trimestre 2020), la firme ESDI embauche 100 personnes. Une grande campagne de recrutement pour cette entreprise spécialisée dans l’assistance à distance dans la relation client, et le support informatique, qui ne compte que 200 employés. Ces nouvelles créations de postes interviennent après un recrutement de 40 personnes, fin décembre.

« Ce seront des conseillers téléphoniques, et des techniciens informatiques, qui, au quotidien, vont réceptionner des appels », précise Thomas François, de ESDI. Ayant décroché un contrat avec une acteur de la grande distribution, l’entreprise cherche donc des profils variés. Le chargé de communication détaille : « On souhaite avoir des jeunes bac+2 ou 3 avec peu d’expérience comme des personnes en fin de carrière ... On pousse les gens à postuler. On incite les autodidactes, comme les personnes qui ont déjà fait de l’informatique, et même celles et ceux qui ont travaillé dans le secteur de la grande distribution. »

Une entreprise qui recrute pendant la crise sanitaire

ESDI est basé à Belfort depuis 2000. Si le recrutement paraît déjà être un bon indicateur, « l’entreprise se porte bien », confirme Thomas François. ESDI travaille uniquement avec des magasins en France, et particulièrement avec des mastodontes de la grande distribution.

« Les utilisateurs d’outils informatiques, ce sont, par exemples, les hôtes de caisse, dans la grande distribution. Autant dire que l’activité n’a pas ralentie, et qu’elle s’est même accélérée pendant la crise sanitaire. »

Thomas François, ESDI

Depuis mars dernier, l’entreprise a mis en place le télétravail ; la plupart des tâches se réalisant par téléphone. L'activité de l'entreprise ne semble donc pas contrainte par la crise sanitaire.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie emploi