Un collier connecté pour prévenir les problèmes de santé des chiens et chats, le défi de ces étudiants

Dix étudiants de Belfort ont réfléchi autour d’un collier connecté pour animaux dans le cadre d’un projet scolaire. Si leur ambition n’est pas de le déployer, ils souhaitent faire connaître ce dispositif au grand public.

Réussir à comprendre les maux de nos amis les bêtes. C’est l’objectif de dix étudiants en deuxième année de licence à l’École de commerce et de management de Belfort. Ils dédient leur projet scolaire autour de la santé et du bien-être des animaux avec un collier connecté pour chiens et chats, capable de mesurer leurs fréquences cardiaques et respiratoires, la localisation GPS ou encore les données du sommeil. 
« Pour nous, la protection animale est importante, surtout dans notre génération, et notamment avec le fait qu’on voit de plus en plus d’animaux abandonnés sur les bords des routes », détaille Selin Dogan, 19 ans, manageuse du projet.

Un appareil non-invasif


Dans ce projet, nommé Oscar et Saly en référence aux premiers chats d’un des étudiants du groupe, tout est pensé pour prioriser le bien-être de l’animal. La partie électronique est en carbone, plus léger et donc plus facile d’adaptation pour nos fidèles compagnons. Le collier est relié à une application mobile. « Il enregistre les différentes fréquences cardiaques et respiratoires pour en faire une moyenne au fil des mois. Des alertes sont envoyées si ces dernières sont trop hautes ou trop basses et le collier sera en capacité de comprendre si l’animal est en train de faire une activité physique ou non », précise Selin. 


Des données qui peuvent permettre d’anticiper un potentiel problème et de fournir les informations nécessaires aux vétérinaires. « Dans le bâtiment où je réside, un chien a été intoxiqué par de la mort aux rats. Il y avait un vrai manque de temps pour le sauver. Le collier aurait généré une alerte », explique l’étudiante en deuxième année.

Aller plus loin que le projet ?


Même si ce collier est conçu dans le cadre d’un projet scolaire, Selin Dogan se renseigne pour le breveter. Mais la start-up Invoxia spécialisée dans la conception d’objets connectés a déjà lancé son Pet Tracker, un collier connecté également pour chiens et chats.

Les dix étudiants de l’École de commerce et de management de Belfort ont malgré tout l’intention d’informer les propriétaires d’animaux lors du concours obéissance organisé par le club d’éducation canine de Valentigney (Doubs) au stade des Longines le 12 mai 2024. « Si on a une vingtaine de personnes intéressées, je pense qu’on se demandera si on concrétise ou non ce projet », indique la manageuse.

Une maquette du collier est en cours de fabrication, en collaboration avec un groupe en troisième année qui a un module de partenariat avec des marques, et notamment une qui fabrique des tote bag en matière recyclable. Le contour de l’appareil a alors été pensé avec ces matériaux : « On veut défendre des causes, la protection animale, mais également le soutien de nos producteurs français »