Violences filmées au 35e R.I. de Belfort: “une dérive sanctionnée” selon le colonel Augier

Colonel Jean Augier
Chef de corps du 35ème R.I. de Belfort / © Eric Debief - France télévisions
Colonel Jean Augier Chef de corps du 35ème R.I. de Belfort / © Eric Debief - France télévisions

Le colonel Jean Augier, chef de corps du 35ème R.I. de Belfort, estime que les violences sur des 1eres classes qui avaient filmées et diffusées sur les réseaux sociaux sont le fait d'une "dérive". Les auteurs ont subi des sanctions administratives "sévères". 

Par Isabelle Brunnarius

La vidéo montre un faux passage de grade au 35e Régiment d'Infanterie de Belfort  : des agents sont filmés en train de frapper violemment des jeunes recrues. Sa diffusion sur les réseaux sociaux a fait scandale. Fin août, le colonel Jean Augier, découvre cette video. Aujourd'hui, le responsable militaire confirme que des sanctions administratives ont été prises pour condamner ce "rituel inadapté". 
 
 Interviewé par nos confrères Rémy Poirot et Eric Debief, le colonel Augier, rappelle qu'une enquête interne a été menée et que les auteurs ont été sanctionnés. Il n'a pas tenu à détailler ces mesures et il a seulement indiqué qu'il s'agissait de sanctions administratives "sévères" pour envoyer un signal fort. 
 


Les militaires, auteurs des coups, font partie de l'encadrement en charge de la formation initiale des jeunes qui ont été filmés en train de recevoir des coups. Lorsqu'un soldat est promu 1ere classe, une cérémonie officielle a lieu et "certains ont demandé d'avoir "un peu plus" et ce "un peu plus est une erreur".

"Ce n'est pas notre cérémonial, notre tradition." Cette "brutalité" est "complétement inadaptée" et de préciser que cette "dérive" a bien été sanctionnée aprés une enquête interne.

Le militaire précise que ce "faux pas déplorable" n'a fait aucun blessé et que "même si il y a une faute manifeste, il n'y a pas eu de conséquences graves".

Dans un précédent article sur le site de France 3 BFC, notre collègue Sarah Rebouh relatait des témoignages sur les réseaux sociaux arguant que ces pratiques violentes seraient habituelles.
 

Le chef de corps du 35e R.I. de Belfort, tout comme les responsables de l'Armée de terre, eux , ont décidé de condamner ces comportements. 

Sur le même sujet

L'école de Bellefontaine en grève et en deuil

Les + Lus